Une nouvelle requête en rejet de Castillo entre en procédure au Pérou

Le Congrès a admis ce jeudi avoir traité une nouvelle requête en destitution contre le président Pedro Castillo, envoyée par l’opposition, pour une prétendue « incapacité morale permanente » à continuer à exercer ses fonctions qu’il a assumée le 28 juillet 2021.

Il s’agit du troisième processus que Castillo a subi après en avoir tiré deux au sort dans lequel le vote n’a pas été adopté pour être admis au traitement. Le texte actuel stipule qu' »il est inacceptable qu’un président exerce ses fonctions au milieu de fortes indications de corruption, d’indignité grave ou de remise en question morale et éthique ».

À cet égard, George Málaga, l’un des législateurs qui avait précédemment accusé Pedro Castillo d’utiliser illégalement des avions institutionnels, affirme qu’il a porté cette accusation « avec la pleine conviction que la sortie la plus réussie de cette crise politique est une anticipation des élections générales.  »  » et que la demande de destitution de Castillo « devrait servir de première étape à ce réajustement » des « conditions démocratiques ».

Le membre du Congrès réaffirme que les principaux motifs sont la morale et la politique, aucune idéologie ne l’animant mais « la moralité qu’ils jugent n’est pas une raison judiciaire, c’est une instance politique », a-t-il ajouté.

La mesure sera votée le 7 décembre prochain. Pour être admis au traitement, il lui fallait 40 % de voix pour représentées par 52 législateurs, et il a obtenu 73 voix pour, 32 contre et 6 abstentions.

Vidéo via Twitter : @dw_espanol