Une équipe d’experts en développement de logiciels et en intelligence artificielle crée une plateforme informatique qui favorise le commerce équitable

Le Centre de recherche CITIAPS, appartenant au Département d’ingénierie et d’informatique de l’Université de Santiago du Chili (Usach) et associé au Centre de biotechnologie et de bioingénierie (CeBiB) de l’Université du Chili, contribue à résoudre les problèmes communautaires à travers deux accords de collaboration . D’une part, avec le Service national pour les femmes et l’équité entre les sexes (SernamEG) pour renforcer le travail des femmes entrepreneurs et, d’autre part, avec des organisations techniques en Équateur pour soutenir la gestion des risques de catastrophe.

L’équipe de chercheurs a travaillé à la création de produits basés sur les technologies de l’information pour soutenir la résilience et le bien-être social. Ceux-ci sont adaptés aux besoins spécifiques des collectivités grâce au développement d’applications logicielles et de SIG (Systèmes d’Information Géographique).

Vitrine virtuelle du commerce équitable

Afin de rejoindre les différentes actions de soutien à l’entrepreneuriat, le mois dernier s’est tenue la cérémonie de lancement de l’accord de collaboration entre le Centre d’innovation informatique d’Usach pour les applications sociales (CITIAPS) et SernamEG, à travers lequel il sera mis en œuvre au niveau national la plate-forme créée par le centre.

Yoi Mujer est une plateforme informatique conçue pour accompagner les micro-entrepreneurs dans la vente numérique de leurs produits et services, augmentant ainsi la participation des femmes au travail. Il se caractérise par son caractère intuitif et convivial, permettant un contact direct entre les vendeurs et les acheteurs potentiels. Son objectif est d’attirer de nouveaux clients, de promouvoir le commerce équitable, d’élargir les nouveaux canaux de commercialisation et les réseaux entre entrepreneurs.

Lors de la cérémonie de lancement, la directrice nationale du SernamEG, Priscila Carrasco, a souligné l’importance de créer des outils numériques pour renforcer les communautés.

« En tant que Service national pour les femmes et l’équité entre les sexes, nous croyons fermement que les technologies de l’information doivent être au service de la communauté et en particulier des femmes », a-t-elle déclaré.

« Nous sommes très heureux d’avoir cette instance de collaboration entre le monde public et académique, que les professionnels qui manient ces technologies les mettent au service des femmes entrepreneures et qui nous permettent de renforcer l’autonomie économique. Par conséquent, nous allons continuer à travailler fermement dans cette voie et nous espérons augmenter cet accord de collaboration pour les autres régions du pays », a ajouté le directeur.

Pour sa part, la directrice de l’innovation au CITIAPS et chercheuse associée au CeBiB, Carolina Bonacic C., a déclaré qu’elle souhaitait non seulement motiver davantage de régions à rejoindre la plateforme, mais également s’engager à fournir un soutien pour générer une diffusion territoriale.

« Nous devons générer un canal de diffusion puissant, qui soit territorial dans chacune des régions, que dans chacune des communes où ils se trouvent ils puissent se rendre visibles (les entrepreneurs) et qui sera soutenu par nous, car c’est notre raison , se déplacer pour être visible », a-t-il mentionné.

Le premier logiciel de vente électronique créé par CITIAPS a été Yoi.cl, conçu pour permettre un contact direct entre les micro-entreprises et les acheteurs. Cette plateforme est sur le marché depuis deux ans et a réussi à apporter une solution efficace aux changements générés dans la façon dont les produits et services sont consommés en raison de la pandémie.

L’utilisation de la science des données pour des marchés numériques équitables est l’engagement que CITIAPS a mis en œuvre pour fournir une plateforme gratuite à usage public, au service des femmes entrepreneures. En 2021, il a été mis en œuvre dans les régions d’Antofagasta, O’Higgins, La Araucanía et Magallanes, réalisant des ateliers et des formations pour les utilisateurs. À ce jour, plus de 300 femmes ont été formées et il est prévu qu’au premier trimestre 2023, les 16 régions du pays seront incorporées.

Plateforme géo-informatique pour la gestion des catastrophes naturelles

Le Centre d’innovation informatique pour les applications sociales (CITIAPS) de l’USACH et associé au CeBiB, a signé un accord avec le Consortium des gouvernements provinciaux de l’Équateur (Congope) et le gouvernement provincial autonome décentralisé du Cotopaxi, en Équateur. L’initiative vise à transférer des connaissances, de l’expérience et des technologies de l’information pour faciliter le processus de développement de systèmes géo-informatiques exclusifs afin de renforcer la gestion des risques de catastrophe naturelle.

Le projet est dirigé par Mauricio Marín C., directeur du CITIAPS et chercheur principal du Centre de biotechnologie et de bioingénierie (CeBiB), propose de créer une plate-forme qui intègre des technologies qui rendent la prise de décision plus efficace, permettant de soutenir la gestion des urgences avec plus d’informations. .

Pour ce qui précède, une plate-forme géo-informatique sera développée qui permettra la visualisation et l’affichage des informations territoriales générées pour la zone d’étude et l’enquête sur les capacités de réponse aux urgences. Articuler en outre la coresponsabilité citoyenne à travers l’information sur le niveau de risque auquel il est exposé à travers la visualisation de la vulnérabilité aux menaces.

L’accord est valable deux ans et comprend des étapes de développement, de mise en œuvre et de formation. Une fois la solution installée au Cotopaxi testée, elle sera déployée dans les autres provinces de l’Equateur.