Un film chilien sur un puissant homme d’affaires et un réseau de prostitution enfantine est présenté en avant-première à Venise

Le film « Blanquita », réalisé par Fernando Guzzoni, est le seul film chilien sélectionné pour concourir à la Mostra de Venise dans la catégorie Orizzonti.

Ainsi, le film aura sa première mondiale dans ce prestigieux Festival, l’un des plus importants et des plus anciens de l’industrie cinématographique (sa première édition a eu lieu en 1932). Dans sa version N°79, il se déroulera entre le 31 août et le 10 septembre.

Le film s’inspire d’une enquête menée pendant plus d’un an sur l’affaire Spiniak, qui a mis au jour un réseau de prostitution d’enfants et de pédérastie dirigé par un puissant homme d’affaires chilien, et qui est devenue l’une des affaires les plus bruyantes et déroutantes de mémoire. l’histoire judiciaire, politique et journalistique de ces dernières années.

discussions en cours

Guzzoni a exprimé sa satisfaction quant au lieu de la première.

« Nous sommes très fiers de commencer le voyage de ‘Blanquita’ dans un festival aussi prestigieux et important que Venise. Nous pensons que c’est le meilleur endroit pour que le message du film commence à être partagé dans le monde », a-t-il déclaré.

« C’est un film qui met en tension des discussions très conjoncturelles sur la contestation du pouvoir, le rôle de la justice, la banalisation et la cruauté des médias, les abus sexuels, l’élite. Le film est une parabole qui interroge la vérité et le mensonge loin de regards moralisateurs ou binaires », a-t-il ajouté.

Le film met en vedette Blanca (Laura López), 18 ans, qui vit dans un foyer pour mineurs dirigé par le prêtre Manuel (Alejandro Goic). Lorsque le prêtre expose un scandale impliquant des enfants, des politiciens et des hommes d’affaires participant à des soirées sexuelles, Blanca tombe sous les yeux du public et devient un témoin clé dans l’affaire. Cependant, plus les questions sont posées, moins le rôle de Blanca dans le scandale devient clair.

Honneur

Le producteur Giancarlo Nasi a souligné que concourir à Venise est l’un des plus grands honneurs qu’un cinéaste puisse avoir.

« Nous sommes le seul film chilien cette année au plus ancien festival du film, où de nombreux films parmi les plus importants au monde sont présentés en première. La première de ‘Blanquita’ à Venise marque le début du film, qui parcourra le monde et arrivera au Chili. . Venise est le coup d’envoi de nombreux festivals et aussi des prix internationaux les plus importants », a-t-il déclaré.

« Je suis heureux qu’après avoir fait la première de deux films à Cannes cette année, ce nouveau film Quichotte soit en compétition dans la cour des grands à Venise », a-t-il ajouté.