Un bon et un mauvais: la Chambre basse approuve la loi diverse présentée par le ministère de l’Éducation, mais sans la suspension de l’évaluation des enseignants

La Chambre des députés a approuvé trois des quatre points qui composent la loi diverse, proposée par le ministère de l’Éducation comme l’un de ses projets phares au début du gouvernement présidentiel Gabriel Boric.

Plus précisément, le point rejeté était celui qui propose la suspension de l’évaluation des enseignants et qu’elle soit volontaire au cours des années 2022 et 2023, comme mesure pour aider les enseignants à ne pas être stressés après le retour à la normale après deux ans de cours en ligne dus à la pandémie.

Tu pourrais aussi aimer:

d’autres points

Les autres points contenus dans cette Loi Diverse sont l’allongement du délai de démunicipalisation scolaire, ainsi que des aménagements du plan d’intéressement à la retraite et la levée des retenues de subvention pour les dettes de sécurité sociale par les titulaires.

Ce projet a été approuvé le 2 août par la Commission de l’éducation de la Chambre, envoyant le vote à la Chambre pour ce mardi, selon ce qui a été enregistré La troisième.

Vote et réactions

Lors du vote à la Chambre, la loi en tant que telle a été approuvée, mais en allant point par point, la partie qui propose la suspension de l’évaluation des enseignants a été rejetée, obtenant 70 voix pour, 63 contre et huit abstentions. Il fallait 72 voix pour être approuvé. Les trois autres points seront discutés au Sénat.

Face à ce vote, le président du Collège des enseignants, Carlos Díaz, était contre le rejet de ce point. « Cela nous paraît grave, très dommage. Il y a eu un nombre important de députés de droite, ceux du Rejet, qui ont maintenant rejeté cela. Il est bon de le garder à l’esprit quand on entend des propositions en défense des enseignants. les députés nous tournent le dos.

Dans cette ligne, Díaz a précisé que « nous allons envoyer la liste afin que nous identifiions clairement qui sont ces députés qui n’ont pas voulu donner le quorum ».

De même, il a indiqué qu’ils chercheront d’autres moyens pour que ce point puisse être remplacé dans la discussion du Sénat.