Provost répond à la demande de démission de tout le conseil d’administration de DC : « Le conseil ne va pas quitter le mandat pour lequel nous avons été élus »

La confortable victoire du Rejet au plébiscite constitutionnel a généré une fracture dans la Démocratie Chrétienne (DC) : le président de la communauté, Philippe Delpin, a démissionné ce mercredi et 600 dirigeants et militants DC ont demandé, par courrier, la démission de l’ensemble du conseil d’administration. Le sénateur et troisième vice-président du parti, Yasna Prévôtéa répondu que « le tableau ne va pas quitter le mandat pour lequel nous avons été élus ».

Rappelons que le Bureau National de la DC a décidé de soutenir l’Agrément. En ce sens, la lettre du groupe de militants souligne que la directive a entraîné le parti « sur la mauvaise voie » et que la force des résultats de dimanche indique que la communauté est sur « la mauvaise voie de l’histoire ».

Tu pourrais aussi aimer:

Dans le cadre du Conseil national DC, poursuivi après la démission de Delpin, Provoste a répondu à la lettre. « Je pense qu’il n’y a personne ici à DC qui ne pense pas qu’après les élections une profonde réflexion s’impose, mais qui soit sereine et respectueuse de la diversité », a déclaré le législateur, slogan La troisième.

« Peut-être y a-t-il ceux qui préfèrent rester dans le court terme, dans un désir qu’ils taisent peut-être et que maintenant ils l’extériorisent. C’est pourquoi je pense qu’il est très important de souligner et d’apprécier la décision qui a été prise par la majorité de la table dans laquelle l’institutionnalité doit être l’axe dans lequel la tâche de ce parti est circonscrite », a-t-il ajouté.

« Je veux vous dire que ceux qui veulent mettre leur énergie dans un autre processus, il y a ceux qui veulent le faire, (mais) en toute clarté, la table ne va pas quitter le mandat pour lequel nous avons été élus et donc nous continuerons dans ce processus », a poursuivi Provost.

Dans ce sens, il a déclaré que « nous avons déjà défini un itinéraire clair pour le renouvellement des différentes structures de notre parti, y compris la Cour suprême, le conseil lui-même et plus tard le renouvellement des structures territoriales ».

« Notre défi est de passer de la critique à la proposition alternative d’un modèle de société et cela ne se fait pas en nous isolant, cela ne se fait pas avec notre propre chemin, cela ne se fait pas inspiré seulement entre quatre murs, nous avons besoin de dialoguer sans perdant de vue où nous en sommes, nous sommes sur la bonne voie », a déclaré le législateur DC.

« Espérons que ces gens qui ne sont motivés que par une réflexion peu propice, un débat idéologique byzantin, laissent vraiment ceux qui, comme le fait la table, comme le font nos présidents régionaux, comme la grande majorité des militants, qui ont à l’horizon un meilleur espace donc que les familles de notre pays puissent se développer dans de meilleures conditions de vie », a-t-il ajouté.

Après la démission de Delpin de la présidence de la DC, le premier vice-président de la collectivité, Aldo Mardonesa été ratifié comme président par intérim.