Président des universités du G9 par loi de finances 2023 : ils cherchent à « revoir la disponibilité » de « l’utilisation des excédents du Fonds de solidarité du crédit universitaire »

Le recteur de l’Université de Concepción et président du réseau des universités publiques non étatiques G9, Carlos Saavedra, a livré ses observations en Le Comptoir de La Clave Concernant la loi de finances 2023 présentée par le président Gabriel Boric.

En ce sens, il a déclaré que « nous nous intéressons et il nous semble absolument nécessaire de revoir la disponibilité des emplois des excédents du Fonds de solidarité du crédit universitaire. Dans l’état actuel des choses, la glose est extrêmement limitée et ne permet d’aborder que des aspects qui ont à voir avec le transitoire de l’article 108″.

Cela signifie le coût des études pour ceux qui sont libres dès la première année après la durée nominale de leurs diplômes. « Là, les universités doivent répondre avec 50% de ces ressources, et ce que nous avons demandé, c’est que l’utilisation de l’ensemble des excédents soit autorisée et également d’élargir les utilisations », a-t-il ajouté.

Renforçant ce qui précède, il souligne que « non seulement limité à l’article 108 de la loi 21.091, mais également associé aux autres articles transitoires (35 et 38) qui ont trait aux limitations de la perception des frais universitaires compte tenu du délai dans lequel la loi a été établie ».

En revanche, il soutient que pour le G9, « il faut revoir la suppression de quatre gloses historiques qui prévoyaient des fonds pour le développement institutionnel des universités du réseau G9. Ces fonds ont été supprimés dans le Budget 2021 et bien sûr ils n’étaient pas présents en 2022 et nous espérons que ces fonds historiques seront restaurés ».

« C’est là que nous mettons l’accent. Sur les deux premiers sujets, nous avons discuté avec le ministère de l’éducation, en particulier avec le sous-secrétaire à l’enseignement supérieur, et nous comprenons qu’ils ont une bonne réceptivité sur ces points. Cependant, cela doit se matérialiser dans les modifications à la loi de finances qu’ils ont déjà proposées », a conclu Saavedra.