Ministre bolivien des Affaires étrangères après l’arrêt de La Haye : « Le Chili n’a aucun droit acquis pour la pleine utilisation des eaux comme il le prétend »

Après l’arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, qui a ratifié que le Silala est un canal international et que le Chili a droit à son utilisation équitable et raisonnable, la délégation bolivienne a assuré que la résolution montre que le Chili « ne n’ont aucun droit acquis » sur le fleuve.

en conversation avec Télévision bolivienneLe ministre des Affaires étrangères de l’Altiplano, Rogelio Mayta, a déclaré que la décision de la CIJ apportait « des certitudes importantes » à son pays.

Dans ce sens, l’autorité a souligné que «la Cour considère que la Bolivie n’a violé, à aucun moment, les obligations de droit international telles qu’indiquées dans la demande du Chili» et que «la Bolivie a droit à la canalisation qui a été effectuée en son territoire ».

« La Cour a également précisé que la Bolivie a le droit à une utilisation équitable et raisonnable des eaux de Silala, il est donc clair que le Chili n’a aucun droit acquis d’utiliser toutes les eaux comme il le revendique dans sa demande », a-t-il ajouté. . .

Rappelons que la CIJ a rejeté la demande reconventionnelle présentée par la Bolivie, et rejeté le paiement d’une compensation par le Chili pour l’utilisation de l’eau.