Manuela Viera-Gallo expose au MAC

Manuela Viera-Gallo expose au MAC

  • Musée d’art contemporain, siège du Parque Forestal, Ismael Valdés Vergara 506, métro Bellas Artes.
  • Jusqu’au 1er octobre.
  • Du mardi au vendredi de 11h00 à 16h00 et le samedi de 11h00 à 17h30.
  • Entrée gratuite et pass mobilité.

Le Musée d’art contemporain présente « Préparez-vous pour ma mangue » de Manuela Viera-Gallo, organisée par Cristián Silva, à son siège du Parque Forestal.

Il s’agit de la première exposition individuelle de l’artiste au Chili, qui propose une histoire visuelle dans une perspective existentielle et féministe, et est consacrée à son travail pictural produit au cours des 5 dernières années. L’exposition occupe deux salles du musée. One, où plus de 60 œuvres appartenant à la série La nuit des temps, coup double Oui Tutti Fruttitandis que dans la deuxième salle, il affiche une grande peinture murale.

« Ces travaux sont le fruit d’une tentative de répondre aux défis et complexités actuels, comme le voyage à travers la pandémie mondiale. Des insinuations apparaissent sur des sujets allant de la protestation, du rêve américain, de la violence domestique au contrôle social. Les protagonistes de ces peintures sont les voix et les images de multiples femmes qui se manifestent, qui vivent leurs peurs en silence, celles défigurées par la souffrance, celles plongées dans le labyrinthe de la vie de famille, la sensualité, et celles qui sont masquées derrière de multiples blasons. », souligne Manuela Viera-Gallo.

1 crédit

Ainsi, les œuvres qui composent l’exposition soulèvent des questions conjoncturelles et offrent une perspective imaginative et sensible au panorama complexe du présent, à une époque où le contexte mondial traverse une période de transformations sociales et spirituelles accélérées.

Une grande partie des œuvres qui composent l’exposition visualisent des fonds noirs en opposition à des couleurs vives, des figures et des sentiments contrastés, se concentrant également sur des femmes aux qualités et aux aspects différents. Ces femmes défilent devant le spectateur comme une multitude de subjectivités ; il y a des déesses et des démons monstrueux, délicats, éthérés, épais, maternels, sexuels, avec et sans visage.

« Je m’intéresse au fait que différents points de vue puissent coexister dans mes peintures comme dans un métier à tisser : parfois avec des fils opposés, parfois transparents, certains plus clairs et d’autres plus sombres, certains plus évidents et d’autres plus cryptés », souligne l’artiste Manuela Viera .-Coq.

La plasticienne chilienne vit à New York depuis 2006, et bien qu’elle ait développé un corpus pluridisciplinaire dans sa pratique artistique, durant la dernière période de sa production, elle a concentré l’essentiel de son travail sur l’exercice pictural : huiles sur toile , de formats traditionnels, abordant dans la plupart des cas, portraits et paysages.