Lula cherche à rassurer les marchés au Brésil et pointe vers une nouvelle réforme fiscale pour contenir le déficit local

Le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, cherche à calmer les marchés locaux et, selon le vice-président Geraldo Alckmin, le président brésilien n’a pas l’intention d’abroger les réformes du travail et des retraites.

Les déclarations d’Alckmin sont conformes aux déclarations du chef de cabinet de Lula, Rui Costa, qui a exclu plus tôt ce mois-ci qu’il était prévu de revoir les réformes économiques du gouvernement Bolsonaro après l’effondrement des marchés en raison des craintes de la situation.

Dans le même ordre d’idées et dans le cadre d’un événement de la Fédération des industries de l’État de Sao Paulo (FIESP), le vice-président Alckmin a souligné que « Lula a dit qu’il n’allait pas révoquer la réforme du travail ou la retraite réforme. peut faire est de les perfectionner.

S’ajoute à ces deux réformes, une troisième est prête : la réforme fiscale. Dans le même ordre d’idées, Alckmin, qui est également le ministre de l’Industrie et du Commerce de Lula, a réaffirmé que le gouvernement promouvra une réforme fiscale. « Notre objectif est d’aller de l’avant avec la troisième réforme, celle de la fiscalité », a-t-il ajouté.

La discussion sur le nouveau cadre budgétaire est essentielle dans l’administration Lula. Ceci, après que les responsables de la politique monétaire ont mis en garde contre les risques inflationnistes découlant de la proposition de dépenses de 32 milliards de dollars américains faite par le président pour tenir ses promesses de campagne.