L’Ouganda ferme des écoles pour freiner l’épidémie d’Ebola

Les autorités ougandaises ont fermé ce vendredi (25.11.2022) des écoles dans tout le pays pour arrêter la propagation d’Ebola, malgré le fait que les responsables du ministère de la Santé assurent qu’il y a une tendance à la baisse du nombre de nouveaux cas, ce que le le gouvernement attribue aux mesures prises pour contrôler l’épidémie de la souche inhabituelle du Soudan, pour laquelle il n’existe pas de vaccin.

L’ordre de fermer toutes les écoles deux semaines avant la fin des cours a été annoncé au début du mois, après la mort de huit enfants de ce virus hautement contagieux. Cependant, la ministre de la Santé Jane Ruth a déclaré à l’AFP qu’il y a eu une baisse du nombre de nouveaux cas ces dernières semaines dans la capitale Kampala et les épicentres de Mubende et Kassanda.

« Nous demandons à la population de rester vigilante et de coopérer avec les équipes de santé si nous voulons gagner cette bataille et il y a des signes que l’Ouganda est en train de la gagner », a-t-il ajouté. Le bureau de pays de l’OMS a déclaré jeudi qu’au 22 novembre, aucun cas n’avait été signalé depuis neuf jours à Kampala, 10 jours à Mubende et 12 jours à Kassanda.

efforts fructueux

L’épidémie a causé 55 décès parmi 141 cas, selon les autorités ougandaises, qui ont imposé des confinements à Mubende et Kassanda. Depuis que l’épidémie a été déclarée à Mubende le 20 septembre, la maladie s’est propagée dans tout le pays d’Afrique de l’Est. Selon les critères de l’OMS, une épidémie est considérée comme terminée lorsqu’il n’y a pas eu de nouveaux cas pendant 42 jours consécutifs, soit le double du nombre de jours nécessaires à l’incubation de la maladie.

« Il n’y a eu aucun nouveau cas confirmé d’infection ou de décès, ce qui signifie que les efforts du gouvernement ougandais et de ses partenaires portent leurs fruits », a déclaré le directeur par intérim des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), Ahmed Ogwell. « De nombreux acteurs ont apporté leur contribution, ce qui a permis ce succès », a ajouté l’épidémiologiste kenyan.

Cependant, le directeur par intérim de cette institution de l’Union africaine (UA) s’est montré prudent et a souligné l’importance de maintenir toutes les alertes et mesures possibles pour lutter contre Ebola.