« Los Ríos : territoire visuel » : une résidence d’artiste dans le grand sud

Les résidences d’art au Chili se sont positionnées comme une activité pertinente, mettant l’accent sur l’aspect territorial, et pour comprendre ses dimensions, il faut d’abord remonter à ses origines historiques, que l’on peut relier à l’émergence de la première académie d’art elle-même.

Cet événement s’est produit dans la seconde moitié du XVIe siècle, plus précisément en 1563, lorsque le duc de Florence Cosimo de’ Medici et le peintre toscan Giorgio Vasari ont cofondé l’Accademia de Disegno, offrant ainsi des conditions optimales pour le développement de la discipline artistique.

C’est la même académie qui recevra au XVIIe siècle les boursiers français du Prix de Rome, qui pourront s’imprégner de pratiques artistiques, techniques, conceptuelles et théoriques qu’ils pourront ensuite reproduire dans leurs lieux d’origine, une expérience également adoptée au cours de XVIIe siècle, XVIIIe et suivants dans le reste de l’Europe, arrivant au XXe siècle pour être promus par différentes institutions publiques et privées, associations, groupes et mécènes à travers l’Occident.

Dans le cas du Chili, il y a eu et il y a encore des expériences de résidences d’une grande pertinence, parmi lesquelles on peut citer celle de haute puissance que l’on trouve dans la « Ville ouverte » située sur les dunes de Ritoque, née sous les principes de « Amereida « , le projet poétique colossal d’envergure continentale: alliant vie, travail et étude de la rencontre entre poésie et métiers, qui a été fondé dans les années 70 par des poètes, architectes, designers, sculpteurs, philosophes et artistes, dont plusieurs Ils sont venus de la École d’architecture de l’Université catholique de Valparaíso et d’autres de différentes régions du pays et de l’étranger.

À l’heure actuelle, nous pouvons facilement détecter l’existence d’au moins cinquante résidences d’art sur le territoire national réalisées au cours des dix dernières années, géoréférencées d’Arica au nord à Punta Arenas au sud, ce qui indique une croissance exponentielle de ce type d’activités collectives. de professionnels appartenant à différents domaines de l’art, des économies créatives et d’autres disciplines telles que la science et la technologie, entre autres.

C’est à cette hauteur que nous attendons avec impatience la troisième version de « Los Ríos: territoire visuel », un programme de résidence d’artistes organisé conjointement par Galería Barrios Bajos et la Seremi de las Artes, las Culturas y el Patrimonio de la Región de Los Ríos, avec la participation de l’Institut des Arts Visuels de l’Université Australe du Chili, de l’École des Arts et Métiers de l’Unité Culturelle de la Municipalité de Corral et de la Maison Culturelle Panguipulli.

La résidence de création artistique et de recherche comprenait dix artistes de la région de Los Ríos, qui consistaient en des activités de sensibilisation développées sur trois jours, avec des artistes résidents et des étudiants qui se sont rencontrés à l’Ex Club de Box de Barrios Bajos pour parler de leurs processus artistiques et réalisent collectivement des exercices créatifs conçus par eux et eux-mêmes, d’où est née l’idée de réaliser une activité ouverte sur la communauté.

Cela a été réalisé en décembre dernier et consistait en une exposition collective d’œuvres et de propositions interactives, dans différents formats tels que la vidéo, l’installation et la peinture, entre autres, comptant sur la visite des voisins du secteur avec le grand public et les artistes ; des exercices d’expérimentation créative, où différents domaines et langages artistiques se rejoignent ; des visites dans différentes communes de la région de Los Ríos et des ateliers animés par des artistes ayant une vaste expérience, comme celui donné par l’artiste et chercheuse espagnole María Ruido intitulé « Construction de mémoires et d’archives à l’époque du capitalisme néolibéral », qui a également présenté son nouveau matériel audiovisuel intitulé « Les règles du jeu ».

Ainsi, nous pourrions approcher « Los Ríos: territoire visuel » pour le décrire comme une résidence artistique du grand sud appartenant à Valdivia et à la région de Los Ríos, où se distinguent les facteurs liés à l’éducation artistique et au transfert de connaissances. .

Là, Elisa Figueroa-Leigh, l’une des directrices de Galería Barrios Bajos avec Kütral Huaiquimilla, souligne que « les expériences d’échange horizontal entre des artistes qui se considèrent déjà comme tels et des étudiants sont extrêmement précieuses pour tout le monde, car c’est une opportunité pour les étudiants de faire connaît les impressions de ceux qui s’adonnent régulièrement à la pratique artistique, et invite les artistes à renouveler leurs préoccupations et à aborder de nouvelles questions… et à se rappeler que, quelle que soit notre trajectoire, nous sommes tous en constante formation ».

Pour en savoir plus sur ce qui se passe dans le monde de la science et de la culture, rejoignez notre communauté Cultívate, la newsletter El Mostrador sur ces sujets. inscription gratuite ICI

  • Le contenu exprimé dans cette tribune n’engage que la responsabilité de son auteur et ne reflète pas nécessairement la ligne éditoriale ou la position de Le compteur.