López Obrador demande l’annulation du sommet de l’Alliance du Pacifique après que le Pérou a nié la présence de Pedro Castillo

Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a déclaré lundi qu’il envisageait de reporter la réunion de l’Alliance du Pacifique dans la capitale mexicaine, puisque son homologue péruvien, Pedro Castillo, ne pourra pas y assister « parce qu’ils n’ont pas donné lui l’autorisation. »

« Il est très probable, je vais me renseigner aujourd’hui, que la réunion des pays de l’Alliance du Pacifique sera annulée parce qu’ils n’ont pas donné l’autorisation d’assister au président du Pérou », a commenté AMLO lors d’une conférence de presse.

Dans ce sens, López Obrador a déclaré que « nous allons reporter ou nous allons chercher une autre option », parmi lesquelles il a envisagé une visite officielle au Pérou.

Le président a déclaré qu’il n’était pas logique d’organiser une réunion sans le président péruvien, car la présidence de l’Alliance du Pacifique, actuellement détenue par le Mexique, doit être cédée au Pérou. « Ce que je ne considère pas approprié, c’est de tenir une réunion sans le président du Pérou, qui devrait recevoir le poste (de la présidence de l’Alliance du Pacifique) », a-t-il déclaré.

Cependant, López Obrador a confirmé qu’il tiendrait les réunions bilatérales confirmées avec le président Gabriel Boric, jeudi prochain, le 24 novembre. De même, avec le président du Costa Rica, Rodrigo Chávez, lundi prochain, 28 novembre, et avec le président du Honduras, Xiomara Castro, bien qu’il n’ait pas donné de détails sur leur rencontre.

« Je vais avoir des réunions bilatérales, le président du Chili vient, le président du Costa Rica vient, le président du Honduras vient, mais pas nécessairement à cette réunion de l’Alliance du Pacifique », a-t-il annoncé.

Sont également invités à ce sommet entre les pays de l’Alliance du Pacifique, qui se tiendra le 25 novembre à Mexico, les présidents de la Colombie, Gustavo Petro, de l’Equateur, Guillermo Lasso ; d’Argentine, Alberto Fernández, et du Brésil, Lula da Silva ; bien qu’ils ne fassent pas partie de l’Alliance.

Concernant sa participation à des réunions bilatérales avec les présidents du Brésil, de l’Argentine, de l’Équateur et de la Colombie, López Obrador n’a pas donné de détails.

L’Alliance du Pacifique est née d’une initiative économique et de développement entre quatre nations d’Amérique latine : le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou.