Les partis pro-gouvernementaux se réunissent pour l’élection du Conseil constitutionnel

Ce vendredi, les présidents et les représentants du parti au pouvoir se sont réunis au siège du Parti libéral, afin de coordonner une stratégie pour l’élection du Conseil constitutionnel qui aura lieu le 7 mai. Les leaders de la Révolution démocratique (RD), du Parti communiste (PC), du Parti socialiste (PS), de la Convergence sociale (CS), entre autres, étaient de la partie.

Initialement, la présidente du Parti pour la démocratie (PPD), Natalia Piergentili, a proposé que le centre-gauche parte sur deux listes pour élargir la base de soutien et influencer le débat avec leurs propositions. C’est pour cette raison qu’il a assuré que « nous ne voulons pas avoir le pouvoir de veto, nous voulons avoir le pouvoir d’influence, et pour cela il nous faut une plus grande capacité de dialogue qu’un plus grand nombre d’administrateurs pour souligner le conseil . »

Dans ce contexte, Pergentili a ajouté que « nous n’avons pas finement posé les calculs, nous y travaillons, mais nous pensons que la différence entre un ou deux réalisateurs versus réellement pouvoir avoir une histoire qui parle au grand public du centre et le centre-gauche, du sens commun et du vote obligatoire, la perte d’un ou deux conseillers diminue peut-être ».

Celui qui était d’accord sur l’idée de séparer les listes était le président du DC, Alberto Undurraga, qui, bien qu’il ne fasse pas partie des discussions, a souligné que le centre-gauche est différent du Front large et du Parti communiste. , car « elle favorise les transformations avec stabilité ; les droits sociaux et le développement économique, le respect des droits de l’homme et la sécurité des citoyens. Dès lors, il est logique qu’elle s’exprime dans des listes différentes, ce qui est magnifique pour les citoyens et a aussi de meilleurs résultats électoraux », a fait valoir le député.