Les manifestations s’intensifient dans plus de 30 villes russes contre la mobilisation des réservistes annoncée par Poutine

Selon OVD-Info, une organisation spécialisée dans le décompte des arrestations, des manifestations ont eu lieu dans au moins 38 villes du pays. Il s’agit des plus importantes manifestations en Russie depuis celles qui ont suivi l’annonce de l’offensive russe en Ukraine fin février.

Au moins 1.026 personnes ont été arrêtées le 21 septembre dans toute la Russie lors de manifestations contre la mobilisation partielle pour l’offensive en Ukraine annoncée quelques heures plus tôt par le président Vladimir Poutine, a indiqué une ONG.

Des journalistes de l’AFP à Moscou et à Saint-Pétersbourg ont été témoins mercredi soir de plusieurs arrestations dans le centre de ces villes.

« Non à la guerre! » et « Non à la mobilisation ! »

« Tout le monde a peur. Je suis pour la paix et je ne veux pas avoir à tirer. Mais c’est très dangereux de sortir maintenant, sinon il y aurait eu beaucoup plus de monde », a déclaré le manifestant de Saint-Pétersbourg Vasily Fedorov, un étudiant portant un emblème de la paix sur la poitrine.

Alexei Zavarki, 60 ans, a déploré la réponse de la police aux rassemblements. « Je suis venu pour participer, mais il semble qu’ils aient déjà pris tout le monde », a-t-il déclaré. « Je ne sais pas où on va, ce régime a signé son arrêt de mort, il a détruit la jeunesse », a-t-il assuré.

Dans une adresse à la nation mercredi, Poutine a décrété une mobilisation partielle des réservistes russes pour l’offensive en Ukraine et s’est dit prêt à utiliser « tous les moyens » de son arsenal contre l’Occident.

Vidéo via Twitter : @CMM_news