Les incendies en Amazonie brésilienne augmentent de 20,4% en octobre

Les incendies en Amazonie brésilienne ont augmenté de 20,4 % en octobre par rapport au même mois de l’année dernière et le chiffre cumulé pour l’année dépasse déjà l’ensemble du record de 2021, a rapporté mardi le gouvernement.

En octobre, 13 911 sources de chaleur ont été enregistrées dans la partie brésilienne de la plus grande forêt tropicale du monde, selon les données publiées par l’Institut national de recherche spatiale (INPE, pour son sigle en portugais).

Le cumul au cours des dix premiers mois de l’année était de 101 215 sources d’incendie, un chiffre supérieur de 33% à celui enregistré sur l’ensemble de 2021.

Le plus grand nombre de foyers a été enregistré dans les États du Pará, avec 7 469 (54 % du total) ; Amazonas, avec 1 503 (11 %) ; Maranhao, qui comptait 1 269 (9 %) ; Acre avec 1 127 (8%) et Mato Grosso, avec 903 (6%).

La réduction des incendies et de la déforestation en Amazonie est l’un des grands défis environnementaux du président élu Luiz Inácio Lula da Silva dès le 1er janvier lors de sa prise de fonction.

Les incendies causés par les bûcherons et les mineurs illégaux sont l’une des principales causes de déforestation en Amazonie au Brésil.

Les organisations environnementales imputent l’augmentation effrénée de la dévastation de la jungle aux politiques environnementales de l’actuel président brésilien, Jair Bolsonaro, qui a été battu dimanche dernier par Lula au second tour des élections.

Bolsonaro est pointé du doigt par les écologistes pour avoir assoupli les contrôles environnementaux, favorisé l’exploitation économique de l’écosystème, y compris dans les réserves indigènes, et pour avoir réduit le budget des organes de tutelle.