Les forces armées brésiliennes ratifient leur engagement envers la démocratie

Les forces armées brésiliennes ont souligné ce vendredi leur « engagement total » en faveur de la démocratie, en réponse aux protestations des militants d’extrême droite qui réclament un coup d’État militaire contre la victoire électorale de Luiz Inácio Lula da Silva.

« Sur les manifestations populaires qui ont lieu dans de nombreuses régions du pays, la marine, l’armée et l’armée de l’air brésiliennes réaffirment leur engagement sans restriction envers le peuple brésilien, la démocratie et l’harmonie et la paix sociale », indique la note signée par les commandants. de chacune des trois forces.

Les protestations, bien qu’elles aient perdu de leur force, se poursuivent depuis la nuit du 30 octobre, lorsque Lula a remporté les élections avec une différence de 1,8 point de pourcentage sur le dirigeant. Jair Bolsonaroleader de l’extrême droite qui aspirait à sa réélection.

Les manifestants, soutenus par des groupes de camionneurs, se sont rassemblés aux portes de nombreuses casernes et réclament sans vergogne un « coup d’État militaire » pour empêcher le « communisme » de prendre le pouvoir au Brésil.

Dans la note, les militaires reconnaissent que la Constitution nationale garantit le droit « de critiquer les pouvoirs constitutionnels », mais soulignent que tout comme « les éventuelles restrictions à ces droits » sont répréhensibles, les « éventuels excès » de ceux qui protestent le sont aussi.

Dans ce cadre, ils préviennent que les manifestations qui « restreignent les droits individuels ou collectifs », « mettent en danger la sécurité publique » ou menacent « l’harmonie de la société » ne peuvent être acceptées.

Le haut commandement militaire soutient que « la solution d’éventuelles controverses au sein de la société doit utiliser les instruments juridiques de l’Etat de droit démocratique », en respectant la « pleine indépendance » des pouvoirs de la Nation.

Il affirme également que « la vraie démocratie présuppose le culte de la tolérance, de l’ordre et de la paix sociale », et assure que les Forces armées continueront à « donner la priorité à la légalité, à la légitimité et à la stabilité » du système démocratique.