Les États-Unis déclarent une urgence sanitaire nationale concernant le monkeypox

« Nous sommes prêts à faire passer notre réponse au niveau supérieur », a expliqué ce jeudi (08.04.2022) le secrétaire américain à la Santé, Xavier Becerralors d’un appel avec des journalistes.

La déclaration permettra aux agences nationales d’accéder aux fonds d’urgence et facilitera la gestion des vaccins et traitements contre la maladie.

Il stimulera également la travail de sensibilisation et d’information qui, selon les autorités, sont indispensables pour contenir les infections, qui progressent rapidement dans le pays.

Critique de la réponse sanitaire

« Nous encourageons tous les Américains à prendre le monkeypox au sérieux et à prendre la responsabilité de nous aider à faire face à ce virus », a ajouté le secrétaire à la Santé.

Plus tôt cette semaine, la Maison Blanche a annoncé la création d’un groupe d’intervention pour propagation de la variole du singeaprès avoir été critiqué pour sa lenteur à acheter des vaccins et des traitements.

La semaine dernière, les autorités sanitaires ont annoncé que plus d’un million de vaccins contre la maladie seraient mis à la disposition des États dans les prochains jours, dont 600 000 ont déjà été livrés, a annoncé Becerra.

De plus, ils s’attendent à recevoir 150 000 doses supplémentaires en septembre et des vaccins supplémentaires en octobre et novembre.

Plus de 6 500 contaminations

Le pays enregistre actuellement plus de 6 500 infections monkeypox, un chiffre bien supérieur aux 4 600 enregistrés la semaine dernière.

La déclaration d’urgence nationale obligera également les États à partager des informations sanitaires sur le monkeypox avec les autorités fédérales, ce qui accélérera la réponse à l’urgence, a expliqué le directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC, pour son sigle en anglais), Rochelle Walenski.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà déclaré une urgence sanitaire internationale en raison de l’épidémie il y a deux semaines, après que plus de 16 000 cas ont été détectés dans 75 pays, dont beaucoup européens, et quelques décès.