L’Équateur célèbre une nouvelle victoire face au Chili et au Pérou dans l’affaire Byron Castillo

Le président de la Fédération équatorienne de football (FEF), Francisco Egas, a affirmé ce vendredi que l’Équateur défendait « en silence » devant les tribunaux de la FIFA le classement de son équipe pour la Coupe du monde Qatar 2022, après qu’il ait été rejeté pour la deuxième fois le plainte présentée par le Chili et à laquelle le Pérou s’est joint par la suite.

« En silence, nous continuons à défendre ce que nous avons gagné sur le terrain », a déclaré Egas sur les réseaux sociaux après avoir partagé la décision de la commission d’appel de la FIFA, qui a ratifié ce vendredi la décision prise en première instance par la commission de discipline dans l’affaire Byron. Château.

La résolution a rejeté les allégations présentées par le Chili et le Pérou concernant l’alignement incorrect de Byron Castillo lors des éliminatoires de Qatar 2022, dans le but de sanctionner l’Équateur et de conserver son quota pour disputer la Coupe du monde.

La plainte déposée par le Chili a ensuite été rejointe par le Pérou après avoir été exclu de la Coupe du monde lors des éliminatoires contre l’Australie, au motif qu’en cas de sanction de l’Équateur, ce serait l’équipe péruvienne qui devrait occuper cette place à la place du Chilien. .

L’accusation du Chili était basée sur l’utilisation présumée de faux documents par Byron Castillo pour obtenir son enregistrement en tant que citoyen équatorien, face aux soupçons qu’il était né en Colombie, une controverse qui en Équateur a été réglée en 2021, lorsqu’un juge a validé sa documentation équatorienne.

Avec son message sur les réseaux, le haut dirigeant de la FEF a réaffirmé l’attitude prise ces derniers mois par l’instance dirigeante du football équatorien, qui a à peine statué sur cette affaire face aux nombreuses apparitions publiques de l’avocat de l’Association nationale des professionnels Football (ANFP) du Chili.

Dès le début, la sécurité au sein de la FEF était pleine que la plainte du Chili allait être rejetée devant les tribunaux de la FIFA, une organisation à laquelle ils avaient fait les consultations respectives sur la légalité de l’affaire avant de commencer à convoquer à Castle.

Byron Castillo, joueur actuel du Mexicain León, n’a commencé à être convoqué par l’entraîneur équatorien, Gustavo Alfaro, que lorsque la résolution judiciaire a ordonné que l’état civil de l’Équateur soit enregistré comme équatorien.

C’était l’argument principal de la FEF devant la FIFA, qui l’a considéré comme valable lorsqu’il a déterminé qu' »elle était tenue de prendre en compte et de respecter les décisions des tribunaux étatiques nationaux (ainsi que les lois nationales) en matière d’identité ou de nationalité des personnes ». « .

Dans un communiqué publié ce vendredi, la FEF a assuré que la FIFA « a estimé que le joueur devrait être considéré comme titulaire de la nationalité équatorienne permanente, conformément à la section 1 de l’article 5 du Règlement d’application des Statuts de la FIFA ».

Lors des éliminatoires sud-américaines pour la Coupe du monde du Qatar 2022, Byron Castillo a disputé huit matchs, dont les deux contre le Chili, qui ont joué un rôle clé dans la demande chilienne pour que les points soient soustraits à l’Équateur et donnés à La Roja.

L’affaire peut encore se poursuivre si le Chili et le Pérou décident de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), la dernière instance à laquelle ils peuvent s’adresser.