Le sous-secrétaire à l’éducation affirme que la journée des carabiniers n’a pas été retirée du calendrier scolaire

Le sous-secrétaire à l’Éducation a exclu que le ministère de l’Éducation (Mineduc) ait pris la décision de retirer la Journée des carabiniers du calendrier des commémorations qui devraient se tenir dans les lieux publics. À cet égard, ils ont déclaré que « ce n’est pas efficace » et que « cela n’a pas été inclus depuis des années ».

Selon le portefeuille dirigé par le sous-secrétaire Gabriel Bosque, «Cela ne signifie nullement que cette date ne figurera pas sur les calendriers scolaires, et encore moins qu’elle ne sera pas commémorée dans les établissements.« .

Auparavant, après avoir diffusé les instructions émises par le Mineduc aux secrétaires ministériels régionaux de tout le Chili, concernant le calendrier scolaire et les événements à célébrer au cours de l’année prochaine, le député UDI, Felipe Donoso, et ses collègues membres de la Commission de Education de la Chambre, Eduardo Cornejo et Fernando Bórquez, ont accusé que la circulaire « démontre la vision biaisée que ce gouvernement a en matière d’éducation, éliminant une série de commémorations qui se tiennent habituellement dans les établissements d’enseignement » et « en inventant d’autres qui cherchent à imposer la vision de la FA et du PC sur d’autres sujets ».

Avant la clarification du sous-secrétaire à l’éducation, Donoso, Cornejo et Bórquez, ont indiqué qu’au lieu de cela, « les choses liées à l’identité de genre et à la transphobie sont rendues hypervisibles, avec des journées d’éducation non sexistes, en bref, avec des sujets qui cherchent à instrumentaliser , avec imposer sur les enfants et les adolescents, des questions qui devraient être discutées au sein de la maison, au lieu de promouvoir le respect et la tolérance dans les établissements scolaires ».

Enfin, Donoso, Cornejo et Bórquez ont annoncé qu’ils officieraient également au ministère de l’Éducation pour « expliquer les raisons pour lesquelles certaines dates ont été supprimées ».