Le socialisme démocratique reste à la Chambre : Vlado Mirosevic devient son nouveau président

Après des semaines de tractations, de baisse de candidatures et de revirements, la Chambre des députés et des suppléants a élu ce lundi le nouveau conseil d’administration qui remplacera le sortant Raúl Soto (PPD). L’élu était Vlado Mirosevic (PL), du socialisme démocratique, qui l’a emporté au second tour contre le DC Miguel Ángel Calisto.

Callisto ? En effet, puisque l’opposition a fait un geste de dernière minute et a décidé de ne pas soutenir le -a priori- candidat officiel du secteur : le PDG Víctor Pino. Mais les doutes au sein du PDG lui-même et le peu d’expérience de Pino les ont poussés à opter pour DC.

Un geste qui ne les a pas beaucoup aidés, car de la même manière Mirosevic l’a emporté au second tour par 77 voix contre 73 pour Calisto (il y avait deux nuls/blancs). De cette façon, Mirosevic deviendra le successeur de Soto et la table sera entièrement contrôlée par le parti au pouvoir. Au premier tour, Mirosevic a obtenu 74 voix contre 70 pour Calisto. Karol Cariola (PC) a terminé troisième avec 3.

En effet, contrairement à ce qui s’est passé lors de l’élection présidentielle, les premier et deuxième vice-présidents ont été élus au premier tour, puisque les deux vainqueurs ont obtenu les 78 voix nécessaires. Comme premier vice-président était Carlos Bianchi (Ind) -79 voix contre 70 pour Sofía Cid- et comme deuxième vice-présidente Catalina Pérez (RD), qui a obtenu 79 voix contre 67 obtenues par René Alinco.

Élection de la première présidence par Le compteur sur Scribd


Après avoir été critiqué pour ne pas porter de cravate – « je la porterai demain », a-t-il déclaré -, le tout nouveau président du conseil d’administration, Vlado Mirosevic, a surtout remercié les votes qu’il a recueillis -et qui sont aujourd’hui publics grâce à un nouveau mode de scrutin. mis en œuvre – et Karol Cariola (PC), qui était la principale option du parti au pouvoir mais en raison des ressentiments et des doutes générés au sein du DC, du PDG et des indépendants, en particulier après son soutien à Approbation lors du dernier plébiscite, a fait en sorte que sa candidature soit abaissé.

La nouvelle lettre officielle, cependant, s’était heurtée à la résistance de la droite de l’opposition, qui soulignait que Mirosevic était également l’un des visages de la campagne d’approbation. Cependant, son nom a généré plus de consensus, permettant au gouvernement du président Gabriel Boric de se maintenir au pouvoir dans les deux chambres du Congrès. En fait, le maintenir était l’une des principales tâches de la ministre Segpres, Ana Lya Uriarte, qui a tenu une série de réunions avec les partis au pouvoir ces dernières semaines pour respecter l’accord parlementaire signé en mars.

Bien que le parti au pouvoir ait célébré la victoire avec des cris de « Non + AFP » et des câlins entre eux, la victoire de Mirosevic est vue avec des pincettes, car il n’a pas atteint la limite de 78 voix, et est devenu l’un des présidents élus avec moins de voix.

Qui est Valdo ?

Au profil plus « modéré », contrairement à Karol Cariola, le député Vlado Mirosevic (35 ans) a une longue carrière liée à la politique, avant même d’être élu parlementaire. En 2006 et 2007, il a été directeur du journal numérique El Morrocotudo de Arica et s’est consacré à la promotion du journalisme citoyen, en collaborant au processus d’expansion du Réseau des journaux citoyens du Chili (Mi Voz). En 2005, il a été nommé l’un des 50 jeunes leaders du Chili par le journal El Mercurio et l’Université Adolfo Ibáñez.

Des années plus tard, il fonde avec un autre groupe de jeunes, le Parti libéral, dont il est le président. Pour le même parti, sur la liste Front large, il est élu en 2017 député du 1er. District, Région d’Arica et Parinacota, pour la période 2018-2022. Il obtient la première majorité de la circonscription avec 24 273 voix, soit 34,09 % du total des suffrages valablement exprimés.

En 2021, il présente sa réélection, pour la même circonscription, mais sur la liste Nouveau Pacte social, pour la période 2022-2026. Il a été réélu à nouveau avec la première majorité de circonscription, avec 16 819 voix, correspondant à 20,91% du total des suffrages valables.

Il a étudié les sciences politiques à l’Universidad Central, puis a obtenu un master international en journalisme numérique à l’Universidad Mayor. Et il a publié des recherches pour des groupes de réflexion et des organisations internationales, telles que la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPALC).

Mirosevic a également été le protagoniste de diverses controverses, certaines même curieuses. Le plus récent, en pleine campagne d’approbation du plébiscite de sortie. Lors d’un point presse, Mirosevic est apparu dans le maillot de l’équipe chilienne de football, ce qui lui a valu une confrontation avec l’Association chilienne de football professionnel (ANFP), qui a critiqué l’utilisation politique du maillot.