Le Sénat revient sur le refus de la Chambre et reconstitue les ressources des institutions des droits de l’homme : dont le Musée de la Mémoire

En pleine discussion du Budget 2023, la Chambre du Sénat a approuvé, à la quasi-unanimité, la reconstitution des fonds destinés à 11 institutions et fondations liées aux Droits de l’Homme (DD.HH.). Parmi eux, le Musée de la Mémoire, battu par l’opposition à la Chambre basse.

Il s’agit des fonds du Service national du patrimoine culturel, dans le cadre desquels opèrent également des organisations et des programmes tels que Villa Grimaldi, Londres 38, Fundación Frei et Fundación Salvador Allende. Ceci, après que la Chambre des députés et des députés ait rejeté le financement de ces institutions, avec des objections soutenues à la lettre par des parlementaires du Renouveau national (RN) et du Parti républicain.

Tu pourrais aussi aimer:

« L’Exécutif a présenté 41 indications pour remplacer certains fonds rejetés ou officier certains qui ont été déclarés inadmissibles. Aussi pour mieux intégrer et ajuster le budget aux préoccupations parlementaires », a déclaré le ministre des Finances, Mario Marcel, en début de séance au Sénat. hier. Les indications du gouvernement, selon le chef du portefeuille fiscal, « reflètent dans de nombreux cas une préoccupation exprimée lors de la discussion précédente, qui n’avait pas de bonne solution dans la manière dont les gloses ont été approuvées ».

L’un des critiques était le sénateur Rojo Edwards du Parti républicain , qui, conformément au reste de l’opposition, s’est concentré sur la sécurité publique et a critiqué le fait que le Musée de la mémoire « prend des ressources comparables à tous les autres musées ajoutés ». « C’est bien que cela existe, mais il faut que ce qui est dépensé soit raisonnable », a-t-il déclaré.

Pour sa part, la sénatrice Yasna Provoste (DC) a déclaré que « nous n’avons pas oublié les souffrances de nombreuses et nombreuses personnes et nous continuerons à soutenir les programmes Mémoire, Patrimoine démocratique et Droits de l’homme ».

Celui qui a célébré la nouvelle était le sénateur du Parti communiste (PC) Daniel Núñez, soulignant qu’elle avait été obtenue à la quasi-unanimité, à l’exception de l’abstention du sénateur RN Juan Castro, pour approuver le remplacement des ressources des sites du Musée et de la Mémoire. . Selon lui, « c’est un minimum civilisateur qu’il faut sauvegarder pour favoriser la défense des Droits de l’Homme ».

« Un pays qui ne veut pas refaire la même erreur, ne peut cesser de soutenir une politique publique qui diffuse la Mémoire et le respect des Droits de l’Homme, mais en même temps qui n’ignore pas des vérités que l’État a reconnues comme des vérités, non comme des L’État a reconnu comme vraies les violations des droits de l’homme pendant la dictature tant dans le rapport Rettig que dans le rapport Valech », a ajouté la sénatrice Claudia Pascual (PC).

Il convient de mentionner que la reconstitution des fonds des ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture a également marqué cette journée de débat budgétaire. Par ailleurs, les ressources correspondantes pour le Congrès, Servel, le Pouvoir Judiciaire, les Biens Nationaux, l’Energie, l’Environnement et le Sport ont été approuvées sans débat.

En ce qui concerne les ressources de la présidence, du contrôleur, du ministère public, des relations extérieures, de l’économie, du trésor, de la science et de la technologie, de la défense, des mines et du MOP, ils ont reçu des indications qui, dans certains cas, ont été rejetées. De même, les ressources de l’INDH ont été rétablies, elles aussi rejetées à la Chambre des députés.

Tu pourrais aussi aimer: