Le procureur du Pérou ouvre une enquête sur Dina Boluarte pour génocide

Le parquet péruvien a ouvert ce mardi (01.10.2023) une enquête préliminaire contre le président Dina Boluarte, trois ministres et deux anciens ministres pour les crimes présumés de génocide, d’homicide qualifié et de blessures graves, à la suite des 47 morts et des dizaines de personnes blessés lors des manifestationsFi ces dernières semaines.

Le ministère public a indiqué dans son compte Twitter que le Procureur de la Nation (général), Patricia Benavides, a décidé d’ouvrir l’enquête préliminaire contre Boluarte, le président du Conseil des ministres, Alberto Otárola ; le ministre de l’Intérieur, Víctor Rojas, et le ministre de la Défense, Jorge Chávez. De même, contre « Pedro Angulo, en sa qualité d’ancien président du Conseil des ministres ; et César Cervantes, en sa qualité d’ancien ministre de l’Intérieur ».

L’enquête préliminaire porte sur les crimes présumés de « génocide, homicide qualifié et blessures graves commis lors des manifestations des mois de décembre 2022 et janvier 2023 dans les régions d’Apurímac, La Libertad, Puno, Junín, Arequipa et Ayacucho », a précisé le Ministère public.

Boluarte avait déjà une première enquête préliminaire en cours pour les morts enregistrées lors des manifestations de décembre dernier, quelques jours après avoir prêté serment par succession constitutionnelle, après le limogeage de Pedro Castillo pour avoir mené un coup d’État raté.

Le crime de génocide est passible d’une peine d’emprisonnement d’au moins 20 ans pour avoir commis un massacre, des atteintes graves à des personnes d’un groupe ou la soumission d’un groupe à des conditions d’existence devant conduire à sa destruction physique totale ou partielle. partie. , entre autres circonstances.

Vidéo via Twitter : @dw_espanol