Le président Gabriel Boric annonce que la réforme fiscale sera soumise au Congrès ce vendredi

Le président de la République, Gabriel Borica annoncé ce jour que le projet de réforme fiscale sera soumis ce vendredi 1er juillet au Parlement pour ses démarches législatives.

Rappelons que le président est en tournée dans le nord du pays, précisément dans la région d’Arica et de Parinacota, afin de chercher à améliorer la sécurité dans la zone.

Tu pourrais aussi aimer:

Au milieu des consultations des médias respectifs au point presse, le chef de l’Etat en a profité pour signaler que vendredi l’exécutif présentera l’un de ses projets de campagne les plus importants.

« Il y a deux dimensions (dans l’affaire), l’une de politique publique et l’autre formidablement humaine. En politique publique, laissez-moi vous dire que ce vendredi nous allons présenter notre proposition de réforme fiscale qui vise à percevoir le régime de 4,2 points. du Produit (Intérieur Brut) avec pour objectif le financement des droits sociaux universels, afin que la qualité des droits auxquels ils ont accès, entre autres, la santé, ne dépende pas de la somme d’argent que la famille a dans le portefeuille,  » a souligné Boric.

journal de sécurité

La raison de la visite du président dans la région est d’analyser les futures mesures de sécurité qui ont récemment affecté la région avec la présence de gangs criminels internationalement reconnus tels que le « Tren de Aragua ».

Parmi les mesures annoncées par le président, figure le « renforcement des commissariats de police, des mandats », auquel Boric a indiqué que cela va aussi « pour que le peuple et les citoyens d’Arica sachent qu’ils ont le droit de vivre en toute sécurité et que nous allons garantir Et que les gangs du crime organisé, ceux qui viennent de l’étranger, comme les Tren de Aragua, ou ceux qui utilisent également des citoyens différents, ne seront pas les bienvenus et seront persécutés avec tout le poids de la loi. »

Attentes

Le gouverneur d’Arica, Jorge Diaznoté dans adn radio attentes suscitées par la visite présidentielle dans la région. « (Nous avons reçu le président) avec de nombreuses préoccupations, l’une d’elles est la sécurité publique et la migration et comment il va y faire face avec une nouvelle stratégie. Pour cela, il est nécessaire d’avoir une vision claire de la façon dont Arica vit dans la peur et comment , du ministère de l’Intérieur, cette question peut être renforcée. De plus, mettre à la disposition du Président des ressources régionales pour que cet effort soit partagé par tous. Nous voulons tous qu’Arica soit une ville beaucoup plus sûre », a-t-il déclaré.