Le président du Pérou, Pedro Castillo, nomme son septième ministre de l’Intérieur en un an

Le président du Pérou, château de pierrea désigné ce mardi l’avocat Willy Huerta Olivas comme son septième ministre de l’Intérieur, peu de temps après avoir terminé sa première année à l’exécutif, et après avoir demandé la démission de son prédécesseur Mariano Gonzálezqui avait entre ses mains la recherche et la capture de plusieurs impliqués dans la plainte de corruption ouverte présumée contre le même président.

Lors d’une cérémonie rapide au Palais du gouvernement, Castillo a prêté serment à Huerta Olivas en tant que ministre de l’Intérieur, deux semaines seulement après avoir fait de même avec González, qui était auparavant passé par le ministère de la Défense du gouvernement de Pierre Paul Kuczynski (2016-2018).

Tu pourrais aussi aimer:

Huerta Olivas est avocate et titulaire d’un diplôme en administration et sciences policières de l’École des officiers de la police nationale du Pérou, et a également été chef de l’équipe d’enquête de la Direction anti-corruption en appui au ministère public.

Au cours des dernières heures, González avait autorisé la création d’un groupe spécial de la police nationale pour soutenir les dossiers du procureur anti-corruption Marita Barretoqui est chargé des enquêtes contre les plus hauts responsables, et avait promis de localiser les fugitifs dans la plainte ouverte contre le président, dont l’ancien ministre des Transports Jean Silval’ancien secrétaire du Palais Bruno Pachéco et un neveu de Castillo, Frère Vasquez.

Les trois sont dénoncés dans l’affaire de l’organisation criminelle présumée ouverte contre Castillo pour avoir prétendument reçu de l’argent, à remettre au président, en échange de l’attribution de travaux d’infrastructure à certaines entreprises.

En l’espace d’environ 60 minutes, le dirigeant péruvien a annoncé mardi le départ de González du gouvernement et la prestation de serment de son remplaçant.

« Au nom du gouvernement du peuple, j’apprécie les services rendus à la Nation par M. Mariano González Fernández en tant que ministre de l’Intérieur », a annoncé Castillo sur son compte Twitter.

González avait prêté serment le 4 juillet pour remplacer le censuré Dimitri Senmache et était le sixième ministre du secteur gouvernemental actuel, qui fêtera ses 12 premiers mois le 28.

Cependant, l’avenir de González au sein de l’exécutif a apparemment été remis en question il y a une semaine lorsque la police nationale a détenu, pendant plusieurs heures, le collaborateur effectif du parquet Zamir Villaverdequi a fourni des preuves de la participation présumée du président péruvien à une organisation criminelle prétendument retranchée au sein du ministère des transports et des communications.

Villaverde a été arrêté à Lima, un jour après avoir été libéré de détention préventive, et alors qu’il fait l’objet d’une enquête dans l’affaire ouverte contre Castillo et plusieurs anciens collaborateurs, dont l’ancien ministre Juan Silva, et des proches du chef de l’Etat.

Après cet incident, González a déclaré avoir demandé la démission du chef de la Direction nationale du renseignement (Dini) de la police nationale et a nié que, du ministère de l’Intérieur, un « ajustement » ou une surveillance de Villaverde ait été promu, qui a assuré avoir remis des milliers de dollars à Castillo, par l’intermédiaire de l’ancien ministre Silva, pour le favoriser dans l’attribution des travaux.