Le président du Brésil, Lula da Silva, limoge le commandant de l’armée

Ce samedi, le président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, a limogé le commandant de l’armée, le général Julio César de Arruda, deux semaines après la tentative de coup d’État perpétrée à Brasilia par des partisans radicaux de l’ancien président, Jair Bolsonaro, selon des informations locales. rapports des médias. .

Este cambio en el mando del Ejército se produce, precisamente, en medio del clima de desconfianza entre el mandatario progresista y algunos sectores de las Fuerzas Armadas, después del asalto a las sedes de la Presidencia, el Congreso y la Corte Suprema, el pasado 8 de janvier.

selon le journal Folha de São Paulo, la décision a été communiquée ce samedi à Arruda, qui quitte ses fonctions avant d’achever son premier mois à la tête de l’armée brésilienne. Selon le journal, Lula a pris cette décision parce qu’Arruda « n’a pas montré de volonté » de prendre des mesures « immédiates » pour apaiser ses doutes sur les actions de certains secteurs militaires lors de la tentative de coup d’État il y a deux semaines.

Le chef du Parti des travailleurs (PT), arrivé au pouvoir le 1er janvier, a exprimé à plusieurs reprises ses doutes sur le rôle des forces armées par rapport à l’invasion et aux graves dégâts causés aux quartiers généraux des trois puissances. La semaine dernière, lors d’un petit-déjeuner avec des journalistes, il a assuré qu’il y avait « de nombreux militaires et policiers » qui étaient « de connivence » avec la tentative de coup d’État et qu’il est « convaincu » que quelqu’un de l’intérieur du palais présidentiel du Planalto a « facilité » l’entrée. des radicaux.

Mercredi, dans une interview accordée à GloboNews, a une fois de plus révélé cette méfiance en critiquant les agences de renseignement « de l’armée, de la police et de la marine » pour ne pas l’avoir informé que des bolsonaristes radicaux s’organisaient pour l’assaut sur Brasilia. Il faut considérer qu’Arruda a pris ses fonctions de commandant de l’armée le 30 décembre, alors que l’ancien président Jair Bolsonaro était encore au pouvoir, et a continué à exercer ses fonctions avec le gouvernement Lula. Selon les médias locaux, son remplaçant sera le général Tomás Miguel Ribeiro Paiva, qui cette semaine, lors d’une cérémonie militaire, a fait une déclaration forte en défense de l’ordre démocratique et du résultat des élections d’octobre, au cours desquelles Lula a battu Bolsonaro.