Le président Boric dit qu’en cas d’incendies intentionnels, « nous allons remuer ciel, mer et terre pour trouver les responsables »

« Je veux commencer par envoyer un gros câlin à toutes les familles qui ont été touchées par cet incendie, ce drame. Sachez que nous sommes avec vous, nous serons en permanence sur le terrain, non seulement maintenant dans la lutte contre l’urgence, mais tout au long de ce qui vient ensuite ». Le président Gabriel Boric a fait cette déclaration publiquement, après avoir terminé une réunion avec les autorités locales et nationales et après avoir survolé et visité la zone touchée par les incendies dans la commune de Viña del Mar.

Le président a souligné qu’ils travaillent avec les autorités municipales, régionales, provinciales et nationales, pour fournir « tout le soutien nécessaire ». En outre, il a remercié le travail des pompiers, de la Conaf, des carabiniers, des équipes de santé et de toutes les institutions qui ont contribué à maîtriser l’incendie qui est toujours « contenu », mais au combat.

Le président Boric a également apprécié le travail avec le gouverneur Rodrigo Mundaca, le maire Macarena Ripamonti, la déléguée régionale Sofía González, en plus de ce qui a été fait par la police, les forces armées, ainsi que le travail du ministère du Développement social, de la Défense, de l’Intérieur , Agriculture, Santé et Travaux Publics.

Gabriel Boric, qui a rencontré son cabinet avant de monter à bord d’un hélicoptère qui l’a emmené à Ciudad Jardín, a confirmé que tous les protocoles en vigueur pour ce type de tragédie ont été activés, soulignant dans cette ligne le décret de l’État d’exception constitutionnelle de catastrophe en la zone.

« Nous travaillons également avec le Parquet, avec la Police d’Investigation, pour établir s’il y a eu ou non intentionnalité ici, il y a différentes pistes d’enquête et sachez que s’il y a intentionnalité nous remuerons ciel, mer et terre pour trouver le responsable. , » il a dit.

L’appel du président Boric, en tout cas, est à la responsabilité, puisque la plupart des incendies provoqués « sont le produit de l’irresponsabilité des êtres humains ». Et, avec des températures supérieures à 36, 37 degrés, « il est très probable que cela brûle beaucoup plus loin », a-t-il ajouté.

« Nous devons améliorer la planification et l’ordonnancement territorial et ce qui se passe ici aujourd’hui dans les collines de Viña del Mar ne peut pas être une nouvelle pendant un, deux, trois ou quatre jours, nous devons en profiter pour effectuer une gestion, un plan d’urgence qui nous permet de prévenir. Les ressources que nous débloquons vont être mises en place, aussi, pour faire des lignes pare-feu non seulement ici, mais aussi dans d’autres secteurs de la zone et, aussi, dans d’autres régions afin que, espérons-le , nous n’avons pas à voir cela. Mais l’essentiel est la prévention. »

Enfin, le président a remercié « ceux qui font émerger la solidarité et se rendent compte qu’en fin de compte, lorsque nous nous tenons derrière un objectif commun, comme le Chili, en tant que Chiliens, nous avançons ».