Le Pérou libère le frère d’Ollanta Humala reconnu coupable de rébellion

Le Conseil technique pénitentiaire de la prison d’Ancón II a accordé vendredi (19.08.2022) la liberté à l’ex-militaire Antauro Humala, frère de l’ex-président du Pérou, Ollanta Humala (2011-2016), reconnu coupable d’un soulèvement militaire en 2005 contre le président de l’époque, Alejandro Toledo.

La décision a été prise « pour l’accomplissement de la peine en vue du rachat de la peine pour travail et éducation », selon un communiqué de l’Institut national pénitentiaire (INPE).

Ils y rappellent qu’Antauro Humala a été condamné à 19 ans de prison pour les crimes d’homicide simple, d’enlèvement, de dégradations aggravées, de vol ou de saisie d’arme à feu et de rébellion, pour sa participation au soi-disant « Andahuaylazo », une organisation militaire soulèvement contre son gouvernement dans la ville méridionale d’Andahuaylas.

Le communiqué indique qu’Antauro Humala avait demandé sa libération le 8 juillet 2022 pour rachat de peine pour travail et éducation, devant la direction d’Ancón II, sous la protection de la loi.

La décision adoptée aujourd’hui est basée sur la loi péruvienne, selon l’INPE, « selon laquelle, dans les cas de personnes condamnées pour le crime d’enlèvement (un crime avec la peine la plus grave pour le détenu Humala), le calcul du rachat doit être appliqué de 7 jours de travail ou d’études pour une journée de liberté ».

Dans le document, il souligne également qu’Antauro Humala « a travaillé et étudié pendant son séjour » en prison pendant 3 667 jours, ce qui lui a permis de racheter sa peine en un an et sept mois.

Antauro Humala est le leader de l’ethnocacerismo, un mouvement ultranationaliste, indigéniste et populiste composé principalement de réservistes des Forces armées, dont les membres ont activement participé à la campagne électorale de l’actuel président Pedro Castillo, en tant que volontaires de sécurité lors d’événements publics.