Le Nicaragua retire le signal CNN en espagnol

La chaîne de télévision CNN en Español a dénoncé jeudi que le gouvernement nicaraguayen avait interrompu son signal via le système de câble du pays.

« Aujourd’hui, le gouvernement du Nicaragua a supprimé notre signal de télévision, privant les Nicaraguayens de nouvelles et d’informations de notre réseau, auquel ils font confiance depuis plus de 25 ans », a déclaré la chaîne d’information hispanique dans un communiqué sur sa page Web.

CNN en Español, propriété de Warner Media, a abordé la situation dans le pays, souvent sur un ton critique, et dans l’une de ses dernières émissions, elle a interviewé un ancien fonctionnaire de la justice locale exilé aux États-Unis.

Depuis la chaîne, ils ont souligné « le rôle vital que joue la liberté de la presse dans une démocratie saine », indiquant qu’ils continueront à offrir leurs services d’information aux Nicaraguayens via leur site Web.

« CNN en Español continuera à assumer sa responsabilité envers le public nicaraguayen, en proposant nos liens d’actualités sur CNNEspanol.com, afin qu’ils puissent avoir accès à des informations qui ne sont pas disponibles d’une autre manière », a-t-il souligné.

De son côté, le gouvernement Ortega n’a pas commenté sa décision, pas plus que les opérateurs qui diffusent le signal de la chaîne.

Ortega et Murillo « exercent un contrôle étroit sur la vie des Nicaraguayens »

Depuis les manifestations massives déclenchées en avril 2018, Ortega et sa femme et vice-présidente, Rosario Murillo, exercent un contrôle étroit sur la vie des Nicaraguayens et punissent de prison les voix dissidentes, qu’elles soient opposantes, journalistes ou même membres de l’Église catholique. .

L’année dernière, l’exécutif nicaraguayen a arrêté plus de 40 opposants et détracteurs, infligeant des peines allant jusqu’à 13 ans de prison. Parmi les opposants emprisonnés, sept étaient candidats à la présidence pour les élections de 2021 au cours desquelles Ortega a été réélu pour la quatrième fois consécutive.

De nombreux journalistes et médias couvrant le Nicaragua le font depuis le Costa Rica, les États-Unis et l’Europe. Les derniers à partir ont été les reporters du journal La Prensa, le plus ancien du pays, après la fermeture du journal imprimé il y a plus d’un an et qui n’ont dû faire de reportage que pour le site Internet.

Ces dernières semaines, plus de 20 radios religieuses et communautaires ont été fermées, selon des organisations de journalistes.