Le Musée de la mémoire et des droits de l’homme annonce une programmation pour le 50e anniversaire du coup d’État

50 ans après le coup d’État, le Musée de la mémoire et des droits de l’homme vise à mettre en lumière la valeur sans restriction de la démocratie et des droits de l’homme, au-delà de la violence et de l’effondrement institutionnel représentés par le 11 septembre 1973. Ainsi, l’institution entend souligner l’importance de la coexistence démocratique comme moyen de résoudre les différends et de sortir des crises politiques.

Cela a été annoncé lors d’une réunion avec la presse tenue ce matin, au cours de laquelle la nouvelle directrice exécutive, María Fernanda García, a souligné les « défis importants auxquels nous sommes confrontés : quelle société voulons-nous être, et surtout comment nous abordons notre mémoire, notre patrimoine et notre histoire.

Pendant ce temps, la présidente du conseil d’administration du musée, Marcia Scantlebury, a rappelé les origines du musée, lorsque la présidente Michelle Bachelet l’a chargée de travailler à la construction de cet espace.

« L’objectif de ce Musée était de montrer ce qui avait été rendu invisible, de le montrer surtout aux 50% de personnes qui à l’époque n’étaient pas nées au moment où ces événements se sont produits, un pourcentage qui est beaucoup plus élevé aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Performance du Congrès

Pour lancer la programmation 2023, l’événement anniversaire, ce mercredi 11 janvier, proposera une mise en scène spécialement préparée pour cette occasion par le groupe Congreso, avec une histoire des actrices Gloria Münchmeyer et María Gracia Omegna.

Ce matin, Pancho Sazo, président du Congrès, a assuré que « c’est pour nous un honneur, un privilège et un devoir d’être ici, au cœur du Chili. Pouvoir chanter, plus que toute douleur, à la tendresse, à l’amour, chanter comme une sorte d’exorcisme, un sort contre l’amnésie. Nous voulons offrir une chanson de grand espoir ».

Visites mesurées

Pendant ce temps, à partir de mars, le 11 de chaque mois, des personnalités du monde de la culture, de la politique, des mouvements sociaux, entre autres, ayant une carrière exceptionnelle sous la dictature, seront convoquées pour accompagner les visites médiatisées de l’exposition principale. musée. La proposition comprend l’intégration de voix de différentes générations, comme moyen de favoriser le dialogue transversal et de promouvoir une réflexion critique sur le passé récent du pays.

Une autre activité marquante sera le projet de danse citoyenne et chorale « 50 ans + 100 voix. L’hommage du peuple aux victimes de la dictature », dirigé par la compagnie théâtrale Hermanxs Ibarra Roa.

La proposition implique un appel ouvert à participer à un atelier de chant, de danse et de mise en scène, à travers lequel il cherchera à enquêter sur les archives du Musée et à ouvrir un dialogue entre ces archives et les participants à l’atelier.

À cet égard, Gopal Ibarra a indiqué son souhait que « la mémoire et les droits de l’homme reprennent ce pays 50 ans après le coup d’État. Il est temps que le peuple, que les citoyens rendent cet hommage, montent en scène et réalisent leurs rêves ».

11 septembre

Un point culminant des activités de cette année sera la commémoration du jour du coup d’État en septembre avec un grand acte public, pour lequel la dramaturge et actrice Nona Fernández, avec le dramaturge Guillermo Calderón, travaillent sur une proposition de scène.

À cet égard, lors de la rencontre avec la presse, Nona Fernández a assuré que « c’est un énorme défi auquel nous sommes confrontés ».

« Ce que nous concevons, c’est de vivre une expérience qui nous appelle en quelque sorte à cet exorcisme collectif, et qui nous aide aussi à réfléchir sur notre démocratie. Une commémoration qui parle du présent, qui occupe notre grande mémoire pour éclairer notre avenir, et qui nous aident à penser et à défendre les droits de l’homme maintenant, à défendre notre démocratie maintenant. Toute commémoration que nous faisons du 50e anniversaire du coup d’État doit penser au présent et à l’avenir », a-t-il déclaré.

Pour en savoir plus sur ce qui se passe dans le monde de la science et de la culture, rejoignez notre communauté Cultívate, la newsletter El Mostrador sur ces sujets. inscription gratuite ICI