Le ministère de l’Agriculture décrète une urgence agricole en raison de la présence d’un nématode qui affecte la production de fraises

Au cours de ce lundi, le ministère de l’Agriculture a décrété une urgence agricole en raison de la présence du nématode du fraisier, Aphelenchoides fragariae, ceci après des investigations menées par le Service de l’Elevage Agricole (SAG), qui permettront au Gouvernement du Président Gabriel Boric chercher les formules pour aller en soutien aux producteurs et productrices touchés.

Face à cette situation, le Ministre de l’Agriculture, Stephen Valenzuelaa indiqué que « sur la base des données du SAG qui corroborent l’apparition d’un fléau dans les plantations de fraises du pays, qui sont concentrées sur le centre-sud, nous a conduit à prendre la décision, de manière complémentaire avec d’autres urgences agricoles, déclarer également une urgence agricole dans la zone où ce nématode affecte la production de fraises ».

Tu pourrais aussi aimer:

« Nous faisons cette déclaration d’urgence agricole parce que nous n’allons laisser aucun producteur de fraises seul, car la plupart d’entre eux sont de petits producteurs de Melipilla, San Pedro, Litueche, Pelluhue, Chanco (…) Avec Dipres, nous sommes déjà en dialogue pour réaffecter les ressources propres du ministère et, éventuellement, des ressources gouvernementales supplémentaires pour pouvoir contrôler ce fléau et en cela l’INIA a été très proactif et a déjà détecté des molécules qui peuvent aider à combattre ce fléau », a-t-il ajouté.

Le secrétaire d’État a fait ces déclarations au milieu d’un point presse organisé conjointement avec le(s) directeur(s) national(aux) du SAG, Andrea Collaoet le directeur national de l’Institut de développement agricole (INDAP), Santiago Rojas.

Collao a précisé que « le nématode de la fraise est un ravageur qui cause principalement des dommages au rendement des plantes. Les gens peuvent consommer les fraises sans problème, car cela n’affecte pas leur santé. Le Service travaille avec les producteurs depuis le tout début. touchés, principalement des régions de Maule, Metropolitan et Valparaíso, établissant une série de mesures sanitaires afin de minimiser l’impact sur leur production, ainsi que la propagation de la peste ».

Pendant ce temps, Rojas a souligné que « depuis l’INDAP, nous travaillons en collaboration avec les services agricoles pour faire face à cette nouvelle urgence qui pourrait affecter la production de fraises dans tout notre pays. En tant que service, nous prenons des mesures concrètes qui aideront nos agriculteurs, comme des aides financières ressources, soutien au crédit, mesures de formation pour la prévention et la gestion afin d’éviter une plus grande propagation de l’organisme nuisible ».

Autres enquêtes

Parallèlement aux études menées par le SAG, le ministère de l’Agriculture collabore avec l’Institut de recherche agronomique (INIA) pour mieux surveiller cette urgence à travers ses laboratoires dans les régions touchées, où il cherchera la formule en molécules pour contrôler la la peste. Il bénéficiera du soutien de la Fondation de l’Innovation Agricole (FIA).

En outre, depuis le ministère, ils appellent les producteurs qui soupçonnent la présence du nématode dans leurs plantations à déposer la plainte correspondante auprès du bureau SAG le plus proche ou à l’e-mail suivant : Oficina.informaciones@sag.gob.cl