Le livre de l’ancien secrétaire de Benoît XVI fixe son regard sur le pape François : il comprend la critique du pontife émérite de son successeur

Georg Gänswein, ancien secrétaire personnel du défunt pape émérite Benoît XVI, a publié jeudi un livre intitulé « Nient’altro che la verità » (« Rien que la vérité » en espagnol) qui ne cache pas quelques critiques à l’égard du pape François.

Le livre cherche à mettre fin aux « calomnies malveillantes et aux sombres manœuvres qui ont tenté en vain de jeter une ombre sur le magistère et les actions du pape allemand », mais ont été interprétées comme des attaques contre le pape argentin.

Ces interprétations ont atteint un tel niveau que le pape François a fixé une réunion avec Gänswein dont le contenu n’est pas connu, même si certaines sources suggèrent qu’il demande à l’ancien secrétaire la discrétion dans les prochains jours.

Dans les 336 pages du livre, Gänswein se concentre sur les événements de la dernière décennie dans le contexte de la coexistence de deux papes : Benoît XVI, qui a pris sa retraite en 2013 et a reçu le soutien du secteur le plus conservateur ; et le pape François, son successeur, qui a reçu des critiques du même secteur.

Parmi l’un des reproches de Gänswein dans le livre figure la chute de Francisco en tant que préfet de la Maison pontificale, l’un des postes les plus importants de la Curie.

En outre, il assure que Benoît XVI a considéré une erreur dans le document « Traditionis Custodes » avec lequel le pape François a terminé les messes en latin, typiques des temps antérieurs au Concile Vatican II.

Une autre réprimande est venue du cardinal allemand Walter Kasper, proche de Ratzinger et théologien respecté : « Il aurait mieux valu se taire. Ce n’est pas le moment pour de telles choses », a-t-il déclaré dans une récente interview à La Repubblica.

L’influent cardinal Gerhard Muller, qui en 2017 a été démis de ses fonctions de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi par François, a reconnu les conflits dans l’Église : « Ils ont toujours existé mais dans un climat de discrétion et réparés par le pape ».

La pression a également atteint d’autres secteurs catholiques qui ont fait connaître leurs doléances dans une lettre ouverte écrite par un prêtre du diocèse de Bergame (nord), Alberto Varinelli. Il demande que le livre ne soit pas publié.

« Comme vous le savez bien, ce texte est très attendu par les secteurs hostiles au pape régnant et, s’il y a des attaques contre François, cela fera beaucoup de tort à l’unité de l’Église », a déclaré le prêtre dans sa lettre, édité par le portail religieux « La barque et la mer ».

Au milieu de cette pression, Gänswein a tenté d’empêcher la publication du livre, selon le journal catholique allemand Die Tagespost, mais il était trop tard. Le livre sera publié.