Le gouvernement Petro confirme que le Chili accompagnera les pourparlers de paix entre la Colombie et l’ELN

Le Ministre des Affaires étrangères de la Colombie, Álvaro Leyvaa confirmé ce mercredi que le Chili et l’Espagne accompagneront les pourparlers de paix entre le gouvernement de Gustavo Pétro et la guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN).

« Le Chili est moralement et officiellement un pays compagnon », a déclaré Leyva dans le cadre de la IIIe réunion des ministres des Affaires étrangères de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et de l’Union européenne (UE), qui se déroule à Buenos Aires, Argentine.

« Je traite avec le ministre espagnol des Affaires étrangères… Je veux répondre à une question sur votre participation au processus de paix colombien : vous êtes, et je vous le dis officiellement, un pays accompagnateur », a ajouté le ministre colombien des Affaires étrangères.

Dans son discours, Leyva a également souligné le rôle de Cuba dans le processus et l’a remercié d’avoir facilité son territoire pour faire la paix en Colombie.

Concernant les déclarations du secrétaire d’État colombien, le ministre des Affaires étrangères, Antonia Urrejolasouligné La troisième que « nous nous sentons très honorés par l’annonce du ministre colombien des affaires étrangères dans le cadre de la réunion CELAC-UE, concernant le fait que le Chili est le garant du processus de paix que ce pays frère mène avec un tel élan ».

« Nous partageons l’espoir que ce processus de dialogue établit, et nous saluons chaque nouveau pas que la Colombie franchit vers la consolidation de la paix », a-t-il ajouté.

Rappelons-nous que le vice-président de la Colombie, France Marquez, s’est rendu au Chili fin juillet. Dans le pays, il a rencontré le président Gabriel Boricqui, a assuré Márquez, a proposé le Chili comme lieu des pourparlers de paix.

Quelques jours plus tard, le président s’est rendu en Colombie pour participer au changement de commandement, un cas dans lequel Gustavo Petro a pris ses fonctions de président. Dans une déclaration commune, Boric a déclaré que le pays continuera d’être le garant des dialogues entre l’État colombien et l’ELN, qui avaient été suspendus.