Le gouvernement demandera des sanctions pour un gouffre près d’une mine de cuivre

Le gouvernement cherchera à appliquer des sanctions sévères aux responsables d’un énorme gouffre qui s’est produit près d’une mine de cuivre appartenant au canadien Lundin dans le nord du pays, a déclaré lundi le ministre des Mines. Marcela Hernando.

le trou mystérieux de 36,5 mètres de diamètre qui a été généré à la fin de Juillet a provoqué la mobilisation de les autoritésdes et a conduit le régulateur minier Sernageomin à suspendreder opérations de ongle mien dele quartier Candelaria.

« Malgré de que Sernageomin avait effectué une inspection en juillet, n’a pas été en mesure de dedétecter cette surexploitation et, pour Par conséquent, cela nous fait également penser que nous devons reformuler nos processus de surveillance », a déclaré le ministre, cité dans un communiqué.

Jusqu’à présent, les autoritésdes n’ont pas livré detailles de enquête sur les causes dele phénomène.

« Nous allons aller jusqu’aux conséquences ultimes pour sanctionner, pas seulement à l’amende pourque parfois l’État a très peu d’outils et les amendes sont insignifiantes, mais pas seulement les amendes, mais aussi les conséquences graves qui peuventde apporter cela à la société minière, ils doivent être exemplaires », a-t-il ajouté.

La société minière a déclaré dans un communiqué que la surexploitation à laquelle le ministre faisait référence avait été signalée dans son opouraccord avec le régulateur.

« Nous tenons à insister sur le fait que, comme le rapporte Sernageomin, cette hypothèse n’a pas été determiendonne, à ce jour, comme cause directe deil gouffre. Les études hydrogéologiques et minières apporteront les réponses que nous recherchons aujourd’hui », a déclaré la société.

« Les différents faits qui auraient pu causer la gouffreparmi lesquelles les précipitations anormales enregistrées au cours du mois deviennent pertinentes de juillet », a ajouté l’unité de Lundin.

Les médias locaux et étrangers ont montré diverses images aériennes deil énorme trou dans un champ prochepas à l’opération de Lundin Mining, à environ 665 kilomètres au nord de la capitale Chilin / A.

Le Canadien détient 80% de propriété, tandis que les 20% restants sont entre les mains de la société japonaise Sumitomo Metal Mining et Sumitomo Corpouration.