Le contrôleur indique que « cela ne correspondait pas » au changement de Première Dame au Cabinet Irina Karamanos

Hier, le Contrôleur Général de la République (CGR) a émis un avis sur le changement de nom -opéré par le Gouvernement- du Cabinet de la Première Dame en Cabinet Irina Karamanos (actuellement connue sous le nom de Coordination Socioculturelle de la Présidence). L’organe a souligné que la modification « ne correspondait pas » car elle impliquait « d’utiliser de manière injustifiée » le nom et l’image de Karamanos.

Le CGR a publié le document après une demande des députés UDI et du Parti républicain. Les législateurs ont demandé au Contrôleur de se prononcer sur la légalité de la résolution exemptée n° 442, du 30 mars 2022, de la Direction administrative de la Présidence de la République, qui a institué le nom de Cabinet Irina Karamanos.

Tu pourrais aussi aimer:

« Il ne correspondait pas à nommer une unité administrative comme ‘Cabinet Irina Karamanos’, car cela impliquait d’utiliser de manière injustifiée le nom et, par conséquent, l’image de Mme Irina Karamanos Adrian, puisque la mention ‘Irina Karamanos’, dans ce contexte, était n’est pas lié aux finalités de la Présidence de la République », indique l’avis du Contrôleur.

« De la même manière et étant entendu que le site ‘www.gabineteirinakaramanos.cl’ a été créé dans un but institutionnel, il n’était pas admissible que le domaine enregistré contienne le nom de ladite personne », ont-ils ajouté.

Le contrôleur a souligné qu’il n’était pas non plus approprié pour le gouvernement, par le biais de la résolution d’exemption n ° 442, « de déclarer, en termes généraux, que le « cabinet Irina Karamanos » de l’époque était chargé d’intervenir dans la formulation des politiques publiques, car cela pourrait signifier envahir les fonctions qui correspondent spécialement aux Ministères, conformément aux dispositions de l’article 22 de la loi n° 18.575 ».

« Situation surmontée »

Le CGR précise que « la situation évoquée ci-dessus est actuellement surmontée ». À cet égard, ils ont rappelé que l’acte administratif a été modifié par la résolution exemptée n° 758, du 22 juin 2022, remplaçant le Cabinet Irina Karamanos par Coordination socioculturelle, un nom qui a été utilisé pendant le deuxième gouvernement du Michelle Bachelet.

En outre, la résolution susmentionnée précise que les pouvoirs de ce département doivent être exercés en « coordination avec les organes correspondants de l’administration de l’État, et sans altérer leurs pouvoirs conférés par la loi », a cité le bureau du contrôleur.

Enfin, ils ont souligné que « bien que les points relevés aient été surmontés, il appartient désormais à la Direction administrative de la Présidence de la République d’observer les considérations exposées dans cet avis ».