Le conseiller de Viña del Mar demande d’évaluer la fin des contrats et des concessions du Festival après la chute des artistes

Après le départ de Daniel Alcaíno du Festival Viña del Mar 2023, le conseiller de la commune, Sandro Puebla, a demandé l’évaluation du respect des contrats du concours et la résiliation anticipée de la concession avec les chaînes organisatrices, Channel 13 et TVN.

La situation s’est produite après le départ de Daniel Alcaíno, mieux connu sous le nom de Yerko Puchento, du Festival. « Une telle décision – d’un commun accord entre les parties – est prise après que la grille des programmes a été modifiée à la suite de l’annulation de Maná pour des raisons de santé, ce qui change complètement la tranche d’âge du public qui assistera à la nuit du 20. Février à l’amphithéâtre Quinta Vergara », a indiqué la production du Festival.

Dans cette situation, le conseiller de la commune, Carlos Williams, a indiqué que « nous avons un contrat, il y a une base d’appel d’offres et un contrat. Ce contrat stipule que six mois avant le début du festival, ils doivent nous présenter des artistes qui pourraient éventuellement composer ce spectacle. Cela a été fait, mais le contrat stipule aussi que trois mois après cette livraison d’artistes la grille devrait déjà être constituée, et cela n’a pas été fait. Ce n’était pas fait », selon le slogan Chilivision.

«Nous, en tant que conseillers, n’avons même pas eu accès à cette grille initiale des 200 artistes qui sont dans le portefeuille. Nous n’avons jamais été informés, nous l’avons rencontré plus tard et même pas avec des noms », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le conseiller municipal Sandro Puebla a expliqué que son devoir « en tant que superviseur et en tant que conseillers, c’est ainsi que l’on peut prendre le festival Viña del Mar, puisqu’il est autorisé aux chaînes, ce sont ces réunions qui se tiennent tous les mois , tous les deux mois , sont entièrement réglementés ».

« La question de l’orchestre est un problème, par exemple, pour parler de non-conformité, parce qu’à un moment ils disent ‘il n’y aura pas d’orchestre’ et là ils entreraient déjà dans la non-conformité. La question des artistes serait aussi la non-conformité », a-t-il affirmé.

« Je vais demander qu’il soit revu en profondeur si cette version est conforme au minimum du contrat, sinon, peut-être vaut-il la peine d’évaluer la résiliation anticipée de ce contrat », a-t-il déclaré.

Il a également fait référence au maire : « Je ne sais pas ce que le maire pensera de la question, car ce serait aller en justice avec le Festival international de la chanson de Viña del Mar et avec les chaînes qu’ils ont actuellement », a-t-il expliqué.

Ainsi, l’édile a conclu qu’il demandera « que la municipalité analyse s’il vaut la peine de poursuivre le contrat pour le Festival de Viña del Mar. Peut-être le terminer plus tôt (…). Il pourrait s’agir d’une amende, et c’est absolument précisé.