Le conseil d’administration de la Fondation Violeta Parra propose une commission de travail pour faire face au conflit de travail dans le musée

Le conseil d’administration de la Fondation Violeta Parra a annoncé qu’il créerait une commission de travail pour traiter les conflits de travail dans le musée du même nom, selon un communiqué.

Les travailleurs lui avaient envoyé une lettre le 23 juillet dernier dans laquelle, en plus de dénoncer les mauvais traitements au travail, ils demandaient la démission du président du conseil d’administration, Roberto Guerra, et annonçaient qu’ils déposeraient un recours auprès de l’inspection du travail.

Le Conseil d’administration a déclaré que « comme vous le savez, depuis le mois d’avril de cette année, de nouveaux membres ont été intégrés à ce Conseil d’administration, conformément au cadre institutionnel de la Fondation, qui se sont joints à la tâche de le renforcer, en même temps collaborer au processus de reconstruction du musée. Cela s’est traduit par diverses actions, tant publiques que privées, qui ont abouti à la continuité du musée et de son projet ».

« Il est dans l’intérêt de ce conseil d’administration de connaître les besoins du musée, de partager les appréciations de son projet institutionnel et de construire ensemble les actions appropriées à sa croissance. Pour atteindre ces objectifs, nous considérons que les travailleurs sont fondamentaux , toujours dans le cadre d’un traitement digne, proche et en dialogue permanent. Le rêve de Violeta Parra ne pouvait pas être différent de cela », poursuit le communiqué.

« En ce sens, nous ratifions notre engagement sans restriction envers le respect et les droits du travail de tous les travailleurs du musée, rejetant catégoriquement toute attitude pouvant être synonyme de maltraitance ou d’atteinte à toute personne dans l’institution. »

La déclaration indique également que, malgré ce qui a pu circuler au niveau public, la continuité du musée n’est pas en discussion.

« Cette décision a été communiquée personnellement par le président du conseil d’administration et ratifiée par la ministre de la Culture, des Arts et du Patrimoine, Julieta Brodsky. Ainsi, les efforts pour le projet de reconstruction en alliance avec l’Université du Chili, qui permettra de réactiver le Axe Vicuña Mackenna, où se trouve le musée ».

S’adressant aux travailleurs, le communiqué indique que « vous faites partie de cette tâche, il n’est donc pas dans nos plans d’augmenter l’incertitude de l’emploi que vous avez vécue ».

« Dans ce contexte, il est nécessaire de souligner que les travaux du Président du Conseil d’administration ont été effectués dans le strict respect des pouvoirs établis dans les Statuts de la Fondation, de même que son obligation d’exécuter les accords de conseil d’administration et veiller à leur fidèle respect », poursuit-il.

« Pour cette raison, et conformément à nos pouvoirs, nous procéderons à la désignation d’une commission de travail pour rechercher des solutions qui, répondant à leurs besoins, assurent également la normalisation du climat institutionnel et la réalisation des objectifs du musée pour construire un chemin commun dans un scénario harmonieux et proche. De la même manière, nous programmerons une session extraordinaire du Conseil d’administration pour échanger avec vous et analyser en détail ce problème ».

Enfin, la déclaration indique que le Musée Violeta Parra, en tant qu’institution remplissant une fonction publique, est appelé à jouer un rôle de premier plan dans le renforcement de la démocratie culturelle et la participation active des communautés, des artistes et de tous ceux qui aiment la vie et l’œuvre de Violeta Parra, alignée sur les objectifs des politiques publiques en matière de culture.