Le comité d’assaut du Capitole accuse Trump de se cacher pour ne pas témoigner

La commission du Congrès des États-Unis qui enquête sur l’assaut contre le Capitole du 6 janvier 2021 a accusé lundi l’ancien président atout de donald (2017-2021) de se cacher pour avoir refusé de témoigner malgré sa convocation.

Ce lundi était la date limite pour que Trump témoigne devant le comité, mais l’ancien président a déposé une plainte la semaine dernière auprès de la Justice justement pour éviter d’avoir à comparaître devant cette instance du Congrès.

« Donald Trump est obligé de donner des explications au peuple américain. Dans les prochains jours, nous évaluerons les étapes à suivre dans ce différend juridique et par rapport au manque de conformité de l’ancien président », a déclaré le président du comité dans un communiqué. Bennie Thompsonet le vice-président, Liz Cheney.

Trump a déposé la plainte vendredi dernier devant un tribunal de Floride, où il réside, et son avocat, David Warringtona assuré que les précédents dans des cas comme celui-ci préservent la séparation des pouvoirs et interdisent au Pouvoir Législatif d’obliger l’Exécutif à devoir se déclarer.

Le 21 octobre, le comité a officiellement convoqué Trump pour qu’il témoigne sous serment et remette des documents liés à ses actions dans les jours précédant et le jour des événements.

Le comité a également révélé le contenu de la lettre que Thompson et Cheney ont envoyée à Trump, où ils soulignent le « rôle central » qu’il a joué dans l’effort « orchestré et intentionnel » pour annuler les résultats des élections de 2020, dans lesquelles qui a été battu par l’actuel président, Joe Biden.

De plus, ils ont souligné le rôle qu’il a joué dans le « blocage » de la transition du pouvoir.

Plus précisément, le comité accuse Trump d’avoir diffusé de fausses informations sur la fraude électorale, ce qu’il n’a pas pu prouver devant le tribunal en ne fournissant pas de preuves, pour annuler le résultat du vote.

Elle considère également que l’ancien président a cherché à « corrompre » le ministère de la Justice, en plus de faire pression sur les élus locaux et les législateurs pour qu’ils modifient les résultats, convoquant des dizaines de milliers de ses partisans ce 6 janvier, incitant à la violence dans des messages sur leurs réseaux sociaux pendant cette date et refusent de disperser leurs partisans.

Le 6 janvier 2021, quelque 10 000 personnes, pour la plupart des partisans de Trump, ont manifesté devant le Capitole et environ 800 ont pris d’assaut le bâtiment alors que la victoire électorale de Biden était entérinée. Il y a eu cinq morts et quelque 140 officiers blessés.