Le cinéma expérimental chilien débarque en Corée du Sud

Le Chili en tant que pays invité et d’un chemin différent de la concurrence de l’industrie cinématographique, arrive en Corée du Sud avec une partie du catalogue du Festival international de la vidéo expérimentale Process of Error, organisé par INVE Experimental Art Platform, et que cette année dans son neuvième version exposera des œuvres de réalisateurs chiliens au Seoul International New Media Festival (NeMaf), qui se déroulera du 19 au 24 août à Séoul.

Depuis sa création, Proceso de Error est un festival qui encourage la recherche, la production et la diffusion de la vidéo expérimentale au niveau international et national, cherchant à donner de nouveaux espaces à la création sans nécessairement respecter le cadre du format audiovisuel.

« Au cours de ces années, nous avons regardé le cinéma depuis son centre expansif dans le support et la forme, Process of Error nous présente des œuvres indomptables, curieuses, abjectes, douloureuses, ancestrales, ouvertes, questionnantes, critiques ; tous comme les différents visages du mystère du cinéma », exprime sa réalisatrice, Daniela Lillo.

Programmation

En ce sens, pendant NeMaf, une sélection posthume de trois œuvres de la réalisatrice chilienne Gloría Camiruaga sera projetée, qui expérimente le format entre mémoire, politique et dissidence, une reconnaissance de la trajectoire de celui qui était considéré comme l’un des pionniers de l’art vidéo. en Amérique du Sud.

D’autre part, dans la catégorie « Contemporary Chilean Experimental », trois jeunes cinéastes qui font abstraction de l’environnement intime et public du pays seront exposés.

Les œuvres sont « Apprendre à construire des maisons, Esquisse 1 », de la cinéaste Carolina Moscoso et « Notes pour zoomer », des cinéastes Luciana Merino et Pascal Viveros. Les deux œuvres présentées ont été réalisées spécialement pour le festival, en bas de page des longs métrages que les réalisateurs développent.

Process of Error exposera également un échantillon d’œuvres internationales, proposant au public un voyage entre l’humanité, le ciment et la terre dans le cadre d’un tout éternellement disloqué. Se distingue dans cette exposition l’œuvre « Hypa » de Natalia Cabrera « travail en galerie » de réalité virtuelle, qui nous parle de l’utopie de l’Interspecies.

Pour voir la sélection Error Process de cette année, l’organisation du festival travaille à la mise en place d’une chaîne numérique qui sera accessible à toutes les personnes intéressées à partir du 15 août sur le site de INVE.