L’association des procureurs a évalué les préoccupations du gouvernement en matière de sécurité et a demandé des mesures au bureau du procureur national

L’Association nationale des procureurs a apprécié la préoccupation du gouvernement du président Gabriel Boric concernant la sécurité des persécuteurs, en particulier ceux qui enquêtent sur le crime organisé.

Ceci, après les déclarations du sous-secrétaire à l’Intérieur, Manuel Monsalve, qui a annoncé avoir rencontré les procureurs de Tarapacá et d’Antofagasta pour faire face à la situation.

« Au moins du ministère de l’Intérieur, j’ai entendu aujourd’hui l’inquiétude de l’Association des procureurs et c’est une inquiétude tout à fait légitime », a-t-il déclaré. « On ne peut pas lutter contre le crime organisé sans se soucier de la sécurité des institutions et des personnes qui travaillent dans les institutions », a-t-il ajouté.

À cet égard, le président de l’Association nationale des procureurs, Francisco Bravo, a souligné les déclarations des responsables gouvernementaux.

« Nous apprécions les expressions du sous-secrétaire Monsalve afin d’exprimer sa préoccupation pour la sécurité des procureurs liés aux enquêtes sur le crime organisé », a-t-il déclaré.

En tout cas, à l’organisation syndicale, ils ont demandé des mesures concrètes au Parquet national lui-même.

« Nous espérons que cela se traduira également par des mesures concrètes de la part du Parquet national lui-même, avec lequel nous espérons avoir une audience afin que cela se concrétise dans un court laps de temps », a-t-il conclu.