L’Allemagne dit qu’elle coupera l’approvisionnement en gaz russe d’ici la fin de 2023

Le chancelier allemand, Olaf Scholz, s’est dit convaincu que d’ici la fin de l’année prochaine, l’Allemagne sera en mesure de garantir l’approvisionnement du pays, également sans gaz russe, et a assuré que les mesures nécessaires avaient été prises pour les approvisionnements à court terme.

« D’ici la fin de l’année prochaine, nous aurons créé tellement d’infrastructures d’importation que nous pourrons garantir en toute sécurité l’approvisionnement de notre pays, également sans gaz russe », a-t-il déclaré lors d’une série de questions dans le cadre de la Conférence des forces armées de 2022.

Il a ajouté que conscient de la possibilité que le président russe Vladimir Poutine cesse de fournir du gaz à un moment donné, le gouvernement allemand a pris les mesures pertinentes alors que cette option ne posait toujours pas de problème.

En ce sens, il a souligné que le choix de ne pas arrêter immédiatement les importations de gaz russe a permis de remplir les réservoirs de stockage, qui sont actuellement supérieurs à 88% et bientôt à 90%, et de se préparer à cette « situation conflictuelle ».

Le gouvernement a également décidé d’étendre les infrastructures d’importation de manière à ce qu’il soit possible « de se tourner à tout moment vers d’autres fournisseurs », ce qui est déjà en cours, a-t-il ajouté.

En outre, l’Allemagne dispose de centrales à charbon en réserve et de la possibilité d’étendre l’exploitation des centrales nucléaires, a-t-il rappelé.

Cela a permis de créer de la sécurité, de sorte que, « malgré la situation dramatique », le seul problème qui continue d’exister est celui des prix, ce qui, a-t-il reconnu, n’est pas sans problèmes.

A cet égard, il a assuré que le gouvernement se penchait sur la question des prix de l’électricité, ainsi que des prix du gaz et du chauffage, et a réitéré qu’il ne laisserait pas « les citoyens seuls face à ce défi ».

Le gouvernement de Allemagne mettre ce vendredi (16.09.2022) sousprotection des activités du groupe pétrolier russe Rosneftqui possède plusieurs raffineries sur son territoire, afin de « répondre aux risques qui pèsent sur la sécurité des approvisionnements » en énergie, a précisé le ministère de l’Economie dans un communiqué.

Les filiales de Rosneft en Allemagne représentent 12% de la capacité de raffinage du pays, et sont désormais « confiées » par l’agence nationale chargée de la gestion des réseaux énergétiques.