La productrice de courts métrages «Bestia», Cecilia Toro lance son premier roman-photo graphique

Eloísa Calfucoy est une fille qui vit avec ses parents dans un appartement en ville. Malgré sa grande curiosité pour tout ce qu’il voit, son regard se limite à la fenêtre et aux bâtiments qui entourent sa maison. Ce confinement nourrit sa peur du plein air, de la nature et des surprises du quotidien, mais l’arrivée d’un oncle musicien dissipe peu à peu ses appréhensions, lui ouvre des perspectives et l’amène à se lancer dans un voyage de reconnexion avec leur environnement, leur terre et leur les ancêtres.

Cette histoire est racontée dans le roman photo-graphique Calfucoy (Ocholibros, 2022) de la Chilienne Cecilia Toro, réalisatrice et directrice artistique de productions animées en stop motion, et productrice générale du court métrage Bestia, qui a propulsé le Chili au sommet de l’industrie audiovisuelle, avec une nomination aux Oscars 2022.

La petite protagoniste de Calfucoy est la fille d’un père mapuche et d’une mère chilienne, qui ont émigré dans la ville à la recherche d’un avenir prometteur, pour lequel ils étudient et travaillent dur. Eloísa est donc un personnage de champurria, ce qui place cette histoire – destinée aux enfants de 6 à 12 ans – sur le thème de l’interculturalité.

Cecilia Toro a de l’expérience dans plus de dix séries au Chili, en collaboration avec d’autres studios d’animation et depuis son propre studio Plastivida, où le court métrage d’animation en stop motion a été réalisé. chanter avec sensune biographie de Violeta Parra, réalisée par Leo Beltrán et lauréate des prix Pedro Sienna 2017 (Chili) et Quirino 2018 (Iberoamerica).

Par ailleurs, elle développe la direction artistique, l’animation et l’illustration pour l’édito, la publicité, la presse et la diffusion scientifique. Il a organisé des expositions de son travail à la Maison centrale de l’Université catholique, à la Plop Gallery, au Centre culturel La Moneda, au Centre culturel Gabriela Mistral et à la Bibliothèque nationale du Chili.

Identité culturelle

De son expérience dans les contenus pour enfants, Cecilia Toro a voulu avec cet ouvrage proposer aux garçons et aux filles une lecture réflexive sur l’identité culturelle, la qualité de vie, les liens familiaux et les différents types de famille, les écarts économiques et culturels de la société, la conscience écologique, la souveraineté alimentaire et d’autres aspects qui sont des questions universelles, mais particulièrement importantes pour les enfants au Chili et en Amérique latine.

En 100 pages à l’atmosphère enveloppante comme dans un film, le livre s’aventure dans une technique insolite, qui est la photographie de personnages et de décors miniatures. C’est le résultat d’une équipe d’artistes tels que Toto Duarte, Vicente Vergara et le réalisateur Leo Beltrán, du graphisme, de la photographie, du cinéma et de l’animation, en collaboration avec Cecilia Toro.

Daniela Catrileo, écrivain et poète bien connue a commenté cette œuvre : « Calfucoy est un petit univers sensible qui nous transforme en témoins de l’histoire d’une fille Mapuche, Warriache et Champurria qui s’est engagée à récupérer les savoirs communautaires et les modes de vie en relation au küme mongen/bien vivre. Calfucoy est l’un des livres que j’aurais aimé chérir dans mon enfance, cependant, il se présente aujourd’hui comme une invitation à imaginer un avenir possible au milieu d’un maelström néolibéral ».

Calfucoy, le roman photo graphique de Cecilia Toro sera présenté à midi le samedi 13 août à l’Espace Wiphala du Centre Culturel La Moneda, créé précisément pour la réunion ouverte, avec un dessin qui symbolise l’union des cultures indigènes de notre continent. L’activité comprendra la participation de l’auteur, ainsi que le monteur Leo Beltrán, la cinéaste Claudia Huaiquimilla, l’éditeur Ocholibros et le freestyle précis de l’artiste Némesix, âgé de seulement 12 ans.