La Moneda confirme l’enquête de la « base de police » chinoise à Viña del Mar

La ministre de l’Intérieur, Carolina Tohá, a confirmé qu’une enquête était en cours, suite à une publication qui assure qu’il existe une « base de police » chinoise dans la ville de Viña del Mar.

« Nous ne pouvons que dire à cet égard qu’il s’agit d’une affaire qui a un caractère international, nous sommes volontaires et actifs, contribuant à cette enquête par le biais de la police d’investigation », a déclaré le secrétaire d’État, à l’issue du conseil de cabinet ce vendredi à La Moneda.

« Tant qu’il y aura des informations pertinentes à communiquer au public, nous le leur dirons », a déclaré le ministre Tohá, ajoutant que « pour l’instant, nous participons à l’enquête ».

L’ONG Safeguard Defenders a publié mercredi dernier dans le magazine américain Newsweek l’existence de « centres de services de police » en Chine, qui seraient implantés dans plus de 20 pays, dont le Chili.

L’agence a précisé qu’il existe un de ces centres à Viña del Mar, région de Valparaíso, dans le cadre d’un ensemble de mesures prises par la sécurité publique des comtés de Fozhou et Qintgtan, des provinces côtières du Fujian et du Zhejiang, pour  » lutte contre la criminalité transnationale.

Sauvegarder les défenseurs