La justice annule la suspension du directeur national du Service des migrations, Luis Thayer

La Cour d’appel de Concepción a décidé de révoquer la sanction contre le directeur national du Service des migrations (Sermig), Luis Thayer, qui la semaine dernière avait été suspendu de ses fonctions pendant 10 jours par le même tribunal.

Selon les informations de La Tercera, cela s’est produit après que le Service des migrations n’a pas répondu – dans le délai imparti et sans donner de réponse – une ressource de protection pour le traitement d’un visa temporaire correspondant à un citoyen de nationalité cubaine.

La situation s’est produite après avoir appris que la citoyenne cubaine s’était retirée de l’action en justice – intentée contre le service – après la résolution de son problème avec ses papiers. Procédures qui ont été retardées depuis l’administration précédente.

L’entité a communiqué que « avec le nouveau compte rendu du rapporteur et en complément de la résolution du 20 juillet dernier, dans ce qui est dit en relation avec la présentation du folio 24, en tenant compte uniquement du retrait de la ressource de projection présentée par l’avocat Pablo Daniel Peñaloza Parra, la suspension des fonctions du directeur du Service national des migrations, décrétée dans une résolution du 11 juillet, est annulée.

Concernant la décision précédente de la Cour, une suspension de 10 jours a été demandée contre Thayer pour ne pas avoir répondu à un appel de protection pour le traitement d’un visa temporaire en faveur d’une femme cubaine.

Cependant, du service de migration, ils ont indiqué que « le traitement de ce visa a été résolu et, en vertu de cela, l’utilisateur qui a présenté la ressource de protection, voyant sa demande satisfaite, s’est retiré de la ressource susmentionnée, pour laquelle, en ce qui est le plus pertinent pour notre service, c’est-à-dire le service aux personnes, la demande a été satisfaite ».

Il convient de rappeler que la résolution contre Thayer était en attente de la résolution de la Cour suprême, après un appel présenté par les avocats du Service des migrations. Cependant, le directeur de Sermig n’a pas été suspendu de ses fonctions.