La Fédération des travailleurs du cuivre suspend sa participation à la table gouvernementale sur la fermeture de la fonderie de Ventanas

La Fédération des travailleurs du cuivre (FTC) a suspendu sa participation à la table gouvernementale qui discute des modifications à la loi 19.993. Les modifications apportées à la législation visent à fermer la fonderie Ventanas de la National Copper Corporation (Codelco), située à Quintero, en raison d’épisodes de contamination dans la région.

« Le Conseil national d’administration de la Fédération des travailleurs du cuivre a pris la décision de suspendre sa participation à la table convoquée par le gouvernement, dans le but de discuter de la portée de la modification de la loi 19 993, qui vise à empêcher le Fonds Ventanas de traiter concentrés de petites et moyennes exploitations minières », a déclaré la FTC dans un Libération.

Tu pourrais aussi aimer:

Le président de la fédération, Amador Pantojaindiqué à Radio Bio Bio qu’ils ne sont pas d’accord avec la modification de la loi parce que « la durabilité du développement de la fonderie et de la raffinerie de Ventanas continue d’être viable ».

« Si nous avions la volonté du gouvernement, de Codelco, d’apporter les contributions nécessaires, qui sont de 54 millions de dollars, nous réglerions d’abord le problème de la pollution », a ajouté le chef.

Pendant ce temps, le président du conseil d’administration de Codelco, Max Pachéco, a souligné que les réunions du conseil d’administration continuent de se tenir. De plus, il a souligné qu’ils entretiennent une « relation fluide » avec les dirigeants syndicaux de la fonderie Ventanas et avec le conseil d’administration de la FTC.

Rappelons que le conseil d’administration de Codelco a décidé, le vendredi 17 juin, d’aller vers la fermeture de l’Aluminerie Ventanas. Compte tenu de cela, la FTC a entamé une grève le 22 du même mois, qui s’est terminée le lendemain après avoir conclu un accord avec Codelco.