La droite remporte les élections en Italie avec 42,2%, selon les projections

La coalition de droite formée par les Frères d’Italie (FdI), Liga et Forza Italia (FI) remporte les élections législatives qui se sont tenues aujourd’hui en obtenant 42,2% des voix au Sénat, contre 26,14 obtenues par l’alliance progressiste, selon à la première projection diffusée par la télévision publique RAI.

FdL, la formation de Giorgia Melonest le parti avec le plus de votes avec 24,6%, selon des projections basées sur 10% des votes comptés après la clôture des bureaux de vote à 23h00 (21h00 GMT), donc tout indique que ce sera elle la première femme pour gouverner l’Italie.

La Liga resterait à 8,5% et Forza Italia à 8%, dans les pires résultats de son histoire.

Alors que le Parti démocrate (PD), de Enrico Lettaest resté à 19,4 %, en dessous des 20 % attendus, et le Mouvement 5 étoiles (M5S) est devenu le troisième parti du pays avec 16,5 %, tandis que les centristes d’Acción et d’Italia Viva ont atteint 7,3 %.

Ces projections confirment les sondages à la sortie des urnes publiés à la fermeture des écoles, à 23H00 locales (21H00 GMT), selon lesquels la droite obtiendrait la majorité absolue dans les deux Chambres.

À la Chambre des députés, il en ajouterait entre 227 et 257, tandis qu’au Sénat, il en obtiendrait entre 111 et 131 et serait très proche d’atteindre une majorité des deux tiers, avec respectivement 267 et 134 sièges.

« Avec ces chiffres on peut gouverner », a déclaré le député Fabio Rampelli à l’hôtel Parco dei Principi, où la direction de la FdI et de la coalition se sont rencontrées à Rome, dès que les premiers sondages sont connus, même s’il n’est pas encore facile de savoir comment les résultats vont finalement se dérouler.

Le chef de la Ligue, le souverainiste Matteo Salvini, Il a célébré l’avantage de sa coalition tant au Sénat qu’à la Chambre, même si son parti a chuté à 8,5 %, loin des 17 % obtenus aux élections législatives, en 2018.