La défense de Martín Pradenas fera appel, après une peine de 20 ans : « Il y a eu des infractions qui ont nui à notre client »

Après que le tribunal pénal oral de Temuco (TOP) a condamné Martín Pradenas à 20 ans de prison comme auteur des crimes répétés d’abus sexuels et de viol, la défense de l’accusé a annoncé qu’il demanderait à la cour d’appel de la ville d’annuler le procès, car « il y a eu des infractions qui ont nui à notre client ».

« Nous allons affirmer toutes les garanties dont dispose chaque accusé condamné par une décision de justice, tant sur le plan organique qu’adjectif et substantiel », a déclaré l’avocat Javier Jara. Radio Coopérative.

Tu pourrais aussi aimer:

Selon le défenseur de Martín Pradenas, « il est extrêmement important que le Chili ait signé et ratifié les traités qui défendent les femmes, mais nous croyons également importants tous les traités qui donnent des garanties, d’abord, à la présomption d’innocence et, plus tard, au droit légal Et nous pensons que dans ce processus, il y a eu des infractions qui ont nui à notre client ».

Il convient de mentionner que, lors de sa décision, le tribunal a tenu compte : « (…) des dispositions de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) ; Convention interaméricaine pour prévenir, punir et éliminer la violence à l’égard des femmes (Convention de Belém do Pará de 1994); Convention relative aux droits de l’enfant et la Convention interaméricaine des droits de l’homme, le tout en vertu de l’article 5, paragraphes 2 et 6 de la Constitution politique de la République ».

Le tribunal de première instance de Temuco a condamné, vendredi 26 août, Martín Nicolás Ignacio Pradenas Dürr à la peine unique de 20 ans de prison, en tant qu’auteur de deux délits achevés de viol sur des personnes de plus de 14 ans, de quatre délits achevés de violence sexuelle l’abus d’une personne de plus de 14 ans et un crime complet d’abus sexuel d’une personne de moins de 14 ans. Illicites perpétrés entre novembre 2010 et septembre 2019, dans la ville et dans la commune de Pucón.