La Cour suprême du Canada aura son premier juge d’origine autochtone

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a nommé la juge Michelle O’Bonsawin à la Cour suprême du Canada, qui deviendra la première personne autochtone à occuper un siège à la Haute Cour.

Dans un questionnaire auquel elle a dû répondre pour être nominée, O’Bonsawin a expliqué qu’être une femme issue d’un peuple autochtone lui a fait « prendre conscience de la nécessité de donner une voix à ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes ».

Le candidat est juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario depuis 2017 et possède une expertise en santé mentale, en droit du travail, en droits de la personne et en droit à la vie privée.

Il a également fait des recherches sur le principe de Glaude, un rapport qu’un tribunal canadien peut demander avant de condamner un Autochtone.

O’Bonsawin, titulaire d’un JD de l’Université d’Ottawa, a travaillé dans les services juridiques de la Gendarmerie canadienne et de la société postale publique Postes Canada.

« Je suis heureux d’annoncer la nomination à la Cour suprême du Canada de la justice Michelle O’Bonsawin, qui est reconnue dans le monde entier pour sa force, son excellence et son indépendance », a déclaré Trudeau dans un communiqué.

Le juge a été nommé pour remplacer Michael Moldaver à la Haute Cour du Canada, qui fait partie de la Haute Cour depuis 2011 et prendra sa retraite le 1er septembre 2022.

Le plus haut tribunal du Canada compte neuf juges, dont le juge en chef.

Ses membres sont choisis par le gouvernement du Canada à partir d’une liste dressée par un comité indépendant, puis ratifiée par le gouverneur général.