Julio Pereira dans FLACH – Le Comptoir

Julio Pereira dans FLACH

  • Galerie FLACH, Villavicencio 301- A, Barrio Lastarria, Santiago.
  • Du 7 juillet au 26 août.
  • Du lundi au vendredi de 11h00 à 14h00 et de 15h00 à 19h00
  • Entrée gratuite.

Seront exposées environ 20 œuvres que le photographe uruguayen Julio Pereira a réalisées à différents endroits du cône sud et qui font partie du livre photo Cobalt (2018). De plus, comme ses images sombres anticipaient une certaine visualité de la pandémie, l’auteur dans sa première exposition au Chili propose un dialogue qui va au-delà de cette série, intégrant de nouvelles images qui ont émergé en revisitant ces archives qui font référence à la fin du monde.

« Ce sont des photographies qui cherchent à générer des questions à travers l’image. Pas tant du côté documentaire, mais qu’ils génèrent des doutes liés à la poésie et au mystère », déclare Julio Pereira (Santana do Livramento, 1978) à propos du projet Cobalt, un livre photo qu’il a réalisé avec des fonds du Centre de photographie de Montevideo et qui font partie intégrante de votre exposition.

Il y a environ 20 photographies qui font référence à une extinction froide et bleutée de l’humanité, qui ont été réalisées par l’architecte et photographe dans différents endroits en Argentine, au Brésil et en Uruguay.

Comme cette série a formellement émergé une fois les enregistrements déjà réalisés, l’auteur a opté pour l’idée thématique de la fin du monde dans le travail sur l’archive, dans laquelle la dimension expressive et la diversité des formats sont privilégiées. Avec ce mécanisme, l’auteur entend mettre sur la table les débats autour de la technique, de l’esthétique et de l’hyperréalisme en photographie. « Plus que la dimension technique, je me suis intéressé à la dimension de l’obscurité et comment apporter cela à un support de livre », explique-t-il.

En plus de ces enregistrements, Pereira dans l’exposition « Instructions pour désarmer » inclut quelques réflexions en revenant sur ce projet après la pandémie, « que d’une certaine manière ces images semblaient un peu prémonitoires sur le sujet », dit-il. Ainsi, en plus de s’interroger sur la dimension mystérieuse ou l’éloignement de ces enregistrements, il indique également que ceux-ci : « Quand on passe d’un format de livre photo à un showroom à Santiago, cela vaut la peine de prendre d’autres éléments, de les démonter et de pouvoir se déployer en d’autres points. et d’autres intérêts pour les spectateurs ».

Julio Pereira (Santana do Livramento, Brésil, 1978) a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans dans la ville frontalière de Rivera. Il est actuellement basé à Montevideo et sa photographie se développe en deux branches : l’une liée à l’architecture, et l’autre à sa recherche intime et poétique à caractère auctorial. Au fil des années, cette dernière superpose des strates expressives de différentes techniques.Ses œuvres sont de nature introspective et invitent à accompagner l’auteur dans ses investigations visuelles et à continuer à développer la multiplicité des sens de ses images.

Il est photographe, architecte et enseignant diplômé de l’Université de la République. Cobalt a récemment publié son premier livre photo (CDF, ​​​​2018) et depuis 2016, il est éditeur chez El Ministerio Ediciones. Il a reçu des reconnaissances et des récompenses pour son travail de photographe et d’architecte, ainsi que des expositions individuelles et collectives.