Juan Ignacio Latorre et le projet 4/7 : « Nous soupçonnons l’intention et le moment où elle est présentée »

Le président de la Révolution démocratique, Juan Ignacio Latorre, a souligné que le projet qui vise à réduire le quorum à 4/7 pour les réformes constitutionnelles est « fonctionnel » pour la campagne de rejet.

Compte tenu de cela, il a appelé à revoir si oui ou non l’initiative sera nécessaire « dès le 5 septembre », un jour après le plébiscite de sortie, où les citoyens choisiront d’approuver ou non la proposition de nouvelle Constitution.

En ce sens, le sénateur Latorre a déclaré qu’il demandera une deuxième discussion de la mesure, une attribution envisagée dans le règlement du Sénat pour les projets qui n’ont pas d’urgence législative.

en conversation avec emmolle parlementaire a soutenu que « nous nous méfions de l’intention et du moment où ce projet de loi est présenté, moins de deux mois avant le plébiscite. Nous ne sommes pas a priori contre cette initiative, d’abaisser le quorum supramajoritaire, nous sommes favorables à faites-le, le point est de savoir comment cela est fait et quand cela est fait ».

« C’est là que nous voyons qu’il y a une opération des secteurs de la DC, Ximena Rincón et Matías Walker, en particulier, qui sont pour le Rejet, qui est une position différente de celle prise par leur parti DC, dont ils ont parfaitement le droit faire. », a-t-il ajouté.

Dans le même ordre d’idées, il s’est interrogé sur le fait que ceux-ci « sont articulés avec la droite, du Parti républicain, à Evópoli et ils veulent proposer avec une grande insistance qu’un vote soit pris maintenant, et ce projet est une motion parlementaire, il a été récemment pris hors de la commission Constitution, il n’y a pas d’urgence, c’est l’Exécutif qui fixe les urgences, donc il n’y a pas de raison de voter maintenant alors qu’il y a un plébiscite en cours.

« Mon propos est que nous laissons les gens s’exprimer le 4 septembre et avec le résultat en main, voyons si ce projet est nécessaire ou non à partir du 5 septembre », a-t-il déclaré.

« Je dis deux choses, l’une c’est le fameux plan B ou plan C ou troisième voies, ce projet précise cette stratégie et il est fonctionnel au Rejet, c’est de dire aux gens : ‘Vous votez calmement pour le rejet, parce qu’il y a une alternative ici que nous avons déjà approuvé au Congrès qui abaisse le quorum à 4/7, par conséquent, nous allons nous mettre d’accord au Congrès pour rendre viables les réformes constitutionnelles que nous allons rendre viables », a-t-il ajouté.

« Nous sommes très ouverts à la conversation, si ce processus constituant échoue, car il y a un mandat précédent et original qui est une nouvelle Constitution et non une réforme. Par conséquent, la conversation du 5 septembre serait de savoir comment nous parviendrons à un accord pour poursuivre un processus constitutionnel qui débouche sur une nouvelle Constitution », a-t-il dit.