« Il faut rentrer chez soi » : l’Argentine, le Chili, le Paraguay et l’Uruguay officialisent leur candidature pour organiser le Mondial 2030

Ce mardi depuis le Centennial Stadium de Montevideo; L’Uruguay, le Chili, l’Argentine et le Paraguay ont officialisé leur candidature commune pour accueillir la Coupe du monde de football en 2030.

Lors d’une conférence de presse à laquelle ont participé les présidents des associations de football respectives des pays concernés, ainsi que le dirigeant de la Conmebol, Alexandre Dominguez; Ils ont donné le feu vert à la candidature qui, jusqu’à présent, sera en concurrence avec la proposition de l’Espagne et du Portugal.

Côté national, le président de l’Association nationale du football professionnel, paul miladet le ministre des sports, Alexandra Benado.

Candidature 2030

Domínguez lui-même a souligné le fait que la première Coupe du monde a eu lieu en Uruguay en 1930, c’est pourquoi il soutient qu’il est important que les 100 ans de la Coupe du monde se déroulent à l’endroit où elle est née.

« Nous sommes heureux que la FIFA accepte qu’il ne s’agisse que d’une candidature. Tout comme ce stade nous a appris qu’il n’y avait pas d’adversités avant, il n’y aura pas d’adversités contre cette candidature. L’argent et le luxe peuvent faire des excentricités, mais personne ne peut ignorer l’histoire de du Centenaire ou des stades emblématiques que possèdent le Paraguay, l’Argentine et le Chili. C’est un projet qui doit nous unir tous dans ce but pour qu’il devienne une réalité l’année prochaine », a-t-il déclaré.

De la Conmebol, ils indiquent que l’organisation aurait 14 sites répartis dans les quatre pays et qu’ils cherchent à enlever le sommeil de l’Espagne et du Portugal -une autre candidature commune-. « Nous avons une relation très étroite et une alliance avec l’UEFA, nous savons que nous rencontrerons des intérêts pour voir que les deux parties peuvent atteindre l’objectif. Sinon, il y a toujours la démocratie. Nous ne voulons pas entrer dans un différend, là il est temps pour d’autres pays, à un autre moment, d’organiser la Coupe du monde. La vérité est qu’il n’y a pas d’autre 2030. Si nous ne faisons pas notre part, nous ne pouvons pas recourir à la sentimentalité et nous devons être en mesure de hôte, à cause de l’histoire derrière nous », a-t-il souligné. Dominguez.

« Il y a les meilleurs joueurs du monde nés ici, la Conmebol est la plus ancienne des confédérations du monde, ainsi que ses tournois continentaux. Si aujourd’hui on croit que, 100 ans après la première Coupe du monde, il est méritoire que la monde reconnaît l’Amérique du Sud et nous faisons ce qui correspond pour chaque fédération et gouvernement, nous avons plein de raisons de croire qu’aujourd’hui c’est notre tour », a-t-il conclu.

Vidéo via ESPN